Les blasons


Le drapeau catalan

Le drapeau catalan est "d'or à quatre pals de gueule", c'est à dire jaune à quatre bandes verticales rouges. On nomme cette configuration "d'Aragon" car les descendants des premiers comtes catalans ont récupéré l'héritage du roi d'Aragon (XIIe siècle). Si la puissance de la Catalogne était trois fois supérieure à celle de l'Aragon, c'est bien cette dernière qui a supplanté la Catalogne pour tout ce qui est héraldique.

Blason catalan

Origine : la légende du "sang et or"

Connaissez vous la légende de Guifred le Velu ? Il en existe plusieurs versions, mettant en scène des personnages légèrement différents. Mais globalement on peut la résumer ainsi :

Guifred le Velu, né à Ria était fils du comte de Cerdagne. Il devint au fil des années l'unificateur de la Catalogne, formant une entité territoriale cohérente et forte. Nommant ses enfants comme successeurs, il fut le patriarche de la lignée des comtes-rois catalans. La légende raconte que son père fut tué alors qu'il n'était qu'un enfant par un certain Salomon, un proche un roi franc, dans le but de devenir comte de Cerdagne à sa place, ce qui fut fait.

Des années plus tard, le jeune Guifred se fit connaître de Salomon et le provoqua en duel. Ce dernier eu lieu devant le roi. Salomon mourut, mais Guifred fut mortellement blessé. Le roi lui demanda alors avant son trépas ce qu'il désirait, et Guifred lui répondit qu'il souhaitait un signe d'unification pour son peuple. Le roi plongea alors sa main dans la plaie béante de Guifred et traça de ses quatre doigts ensanglantés des bandes verticales sur un écu d'or. C'est depuis que le drapeau catalan est "Sang et or".


La véritable origine : les couleurs de la Rome antique

Drapeau catalan

Force est d'admettre que cette histoire est bien une légende, et ça pour plusieurs raisons. Guifred le Velu est mort au combat, en se battant contre les sarrasins. De plus, nul trace d'un certain Salomon dans les prédécesseurs de Guifred, mais Bernat de Gothie. Enfin, et c'est sans doute le principal, les signes distinctifs à l'origine des blasons ne sont apparus qu'au XIe et XIIe siècle, alors que Guifred vécu au IXe siècle. Plus sérieusement, les couleurs catalanes apparaissent pour la première fois en 1150 sous le règne de Ramon-Bérenguer IV (1115-1162). Elles sont une reprise des couleurs de la Rome Antique, qui furent également adoptés par la papauté, ce qui nous fait trop souvent dire qu'il s'agit de la couleur papale, ce qui à l'origine est faux. Napoléon 1er ayant donné ces couleurs au royaume de Naples, le pape changea ses propres couleurs, remplaçant le jaune par le blanc.


Les blasons des villages catalans

Beaucoup de villages des Pyrénées-Orientales ont leurs propres blasons, ils proviennent la plupart du temps du passé du village. Certains sont plus récents, ils ont été créé juste pour palier à un manque ou par fierté municipale. En cliquant sur chacun de ces blasons vous accédez à la page de ce village qui contient une description assez poussée de ces blasons.


A


Blason d'Alénya

Alénya

Blason d'Amélie-les-Bains

Amélie-les-Bains

Blason d'Ansignan

Ansignan

Blason d'Argeles-sur-Mer

Argelès-sur-mer

Blason d'Arles-sur-Tech

Arles-sur-Tech

Blason d'Ayguatebia

Ayguatebia


B


Blason de Bages

Bages

Blason de Baho

Baho

Blason de Baillestavy

Baillestavy

Blason de Baixas

Baixas

Blason de Banyuls-dels-Aspres

Banyuls-dels-Aspres

Blason de Banyuls-sur-Mer

Banyuls-sur-Mer

Blason de Bélesta

Bélesta

Blason de Bompas

Bompas

Blason de Bouleternère

Bouleternère

Blason de Brouilla

Brouilla


C


Blason de Cabestany

Cabestany

Blason de Calce

Calce

Blason de Campoussy

Campoussy

Blason de Canet-en-Roussillon

Canet-en-Roussillon

Blason de Caramany

Caramany

Blason de Cases-de-Pène

Cases-de-Pène

Blason de Cassagnes

Cassagnes

Blason de Castelnou

Castelnou

Blason de Catllar

Catllar

Blason de Caudies-de-Fenouillèdes

Caudies-de-Fenouillèdes

Blason de Cerbère

Cerbère

Blason de Céret

Céret

Blason de Claira

Claira

Blason de Codalet

Codalet

Blason de Collioure

Collioure

Blason de Corbère

Corbère

Blason de Corneilla-del-Vercol

Corneilla-del-Vercol

Blason de Corneilla-la-rivière

Corneilla-la-rivière


E


Blason d'Elne

Elne

Blason d'Espira-de-Conflent

Espira-de-Conflent

Blason d'Espira-de-l'Agly

Espira-de-l'Agly

Blason d'Estagel

Estagel

Blason d'Estoher

Estoher

Blason d'Evol

Evol


F


Blason de Felluns

Felluns

Blason de Fenouillet

Fenouillet

Blason de Font-Romeu

Font-Romeu

Blason de Formiguères

Formiguères

Blason de Fourques

Fourques


I, J


Blason d'Ille-sur-Tet

Ille-sur-Tet

Blason de Joch

Joch


L


Blason de La Cabanasse

La Cabanasse

Blason de La Llagonne

La Llagonne

Blason de Lansac

Lansac

Blason de Laroque-des-Albères

Laroque-des-Albères

Blason de Latour-de-Carol

Latour-de-Carol

Blason de Latour-de-France

Latour-de-France

Blason du Barcarès

Le Barcarès

Blason du Boulou

Le Boulou

Blason du Perthus

Le Perthus

Blason du Soler

Le Soler

Blason de Lesquerde

Lesquerde

Blason du Vivier

Le Vivier

Blason de Llauro

Llauro

Blason de Llo

Llo

Blason de Llupia

Llupia


M


Blason de Marquixanes

Marquixanes

Blason de Millas

Millas

Blason de Molitg-les-Bains

Molitg-les-Bains

Blason de Montalba-le-Château

Montalba-le-Château

Blason de Montbolo

Montbolo

Blason de Montescot

Montescot

Blason de Montesquieu-des-Albères

Montesquieu-des-Albères

Blason de Mont-Louis

Mont-Louis

Blason de Montner

Montner

Blason de Mosset

Mosset


N, O


Blason de Nyer

Nyer

Blason d'Olette

Olette

Blason d'Ortaffa

Ortaffa

Blason d'Osséja

Osséja


P


Blason de Palau-del-Vidre

Palau-del-Vidre

Blason de Passa

Passa

Blason de Perpignan

Perpignan

Blason de Peyrestortes

Peyrestortes

Blason de Pézilla-la-Rivière

Pézilla-la-Rivière

Blason de Pia

Pia

Blason de Pollestres

Pollestres

Blason de Ponteilla

Ponteilla

Blason de Port-Vendres

Port-Vendres

Blason de Prades

Prades

Blason de Prats-de-Mollo

Prats-de-Mollo

Blason de Prats-de-Sournia

Prats-de-Sournia

Blason de Py

Py


R


Blason de Railleu

Railleu

Blason de Ria

Ria

Blason de Rivesaltes

Rivesaltes


S


Blason de Sahorre

Sahorre

Blason de Saillagouse

Saillagouse

Blason de Salses-le-Château

Salses-le-Château

Blason de Sauto

Sauto

Blason de Sorède

Sorède

Blason de Sournia

Sournia

Blason de St André

St André

Blason de St Arnac

St Arnac

Blason de St Cyprien

St Cyprien

Blason de Ste Léocadie

Ste Léocadie

Blason de St Estève

St Estève

Blason de St Féliu d'Amont

St Féliu d'Amont

Blason de St Féliu d'Avall

St Féliu d'Avall

Blason de St Hippolyte

St Hippolyte

Blason de St Jean Lasseille

St Jean Lasseille

Blason de St Jean Pla de Corts

St Jean Pla de Corts

Blason de St Laurent de la Salanque

St Laurent de la Salanque

Blason de St Marsal

St Marsal

Blason de St Nazaire

St Nazaire

Blason de St Paul de Fenouillet

St Paul de Fenouillet

Blason de St Pierre dels Forcats

St Pierre dels Forcats


T, U


Blason de Tautavel

Tautavel

Blason de Théza

Théza

Blason de Thuir

Thuir

Blason de Torreilles

Torreilles

Blason de Toulouges

Toulouges

Blason de Trilla

Trilla

Blason de Trouillas

Trouillas

Blason d'Ur

Ur


V


Blason de Valmanya

Valmanya

Blason de Vernet-les-Bains

Vernet-les-Bains

Blason de Villefranche-de-Conflent

Villefranche-de-Conflent

Blason de Villelongue-dels-Monts

Villelongue-dels-Monts

Blason de Vinça

Vinça

Blason de Vivès

Vivès


Quelques notions d'héraldisme

Héraldime, blasons ou armes

L'héraldique est la science qui étudie les blasons, c'est-à-dire l'étude des armoiries, que l'on nomme également armes. C'est aussi un champ d'expression artistique, un élément du droit médiéval et du droit d'ancien régime.

La représentation artistique est dépendante de facteurs divers. On désigne sous le nom "d'armes parlantes" un blason dont les symboles utilisés explicites le nom du possesseur, directement ou sous la forme d'un rébus plus ou moins complexe. Ainsi le blason de Castelnou est un château ("castel nou", le "château neuf" en catalan).

Blason de Castelnou

Les "armes par allusion" évoque un fait marquant de l'histoire du possesseur, ou d'un de ces ancêtres. A côté de ces deux types de représentation on trouve de nombreuses reproductions de Saints Patrons de l'église locale.


Des formes et des couleurs

Toutes ces représentations sont fixées sur des supports. Historiquement, il s'agissait des boucliers de protection dont disposaient les combattants, et ça pour éviter qu'au milieu d'une bataille, des membres d'une même armée ne se combattent. La forme des boucliers variant en fonction du lieu géographique, on peut deviner la provenance d'un blason rien qu'en jugeant de son aspect général.

Formes des blasons

La représentation choisie sur ce site est la forme française ancienne, tout à fait classique. Quand aux couleurs, il faut savoir qu'elles sont peu nombreuses et divisées en deux groupes : les émaux et les métaux.

Les émaux correspondent aux couleurs suivantes : Rouge, Bleu, Vert, Noir. On les appelle "de gueules" (rouge), "d'azur" (bleu), "de sinople" (vert) et "de sable" (noir). Les métaux, eux, sont au nombre de deux seulement : Or et Argent, ce qui correspond bien sûr au blanc et au jaune. Ainsi le drapeau catalan et d'or au quatre pals de gueules (jaune à quatre bandes verticales rouges) On rencontre parfois la couleur "pourpre", qui correspond à une sorte de violet. C'est la seule exception faite aux 6 autres couleurs. En héraldique pur, vous ne trouverez jamais de gris, de marron, d'orange : ces couleurs sont proscrites. Il est toutefois admis, dans certaines représentations, de faire remplacer le blanc par du gris, qui se rapproche plus de la couleur "argent".


Histoire des blasons

Les premiers blasons sont apparus entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe. Comme on peut facilement le comprendre, ils étaient destinés à distinguer les combattants lors des batailles, mais aussi dans des tournois, des négociations, ou tout évènements mettant en jeu au moins deux personnes opposées. Pourtant les signes de reconnaissance ont toujours existés entre des adversaires. Les romains et les carthaginois les utilisaient déjà. Mais si on ne considère pas ces signes comme de l'héraldique, c'est tout simplement parce qu'ils n'avaient pas encore été codifiés. C'est donc la codification des symboles de reconnaissance qui a donné naissance à l'héraldisme, ce qui explique qu'il ne l'ait été qu'assez tard, au début du Moyen-âge.

Avec le temps, les représentations se sont compliquées, essentiellement par la multiplication des blasons dû à deux facteurs : La croissance naturelle de la population et la scission des familles armoriées, qui créaient un nouveau blason sur la base de celui de leurs ancêtres. Il faut savoir que la noblesse n'était pas la seule à utiliser le blasonnement. Les roturiers étaient eux aussi nombreux, chacun pouvant avoir ses propres armes.

A la révolution française, les armoiries étaient vues comme des signes distinctifs propres à la noblesse, ce qui était d'ailleurs faux. Et c'est curieusement le vicomte Mathieu de Montmorency, le 19 juin 1790, qui fit adopter par l'assemblée constituante l'abolition des armoiries, en même temps d'ailleurs que les titres de noblesses, les décorations militaires, etc. Des décrets de Louis XVI datant de 1791 et 1792 ordonnèrent la destruction des armoiries sur les meubles, les façades des bâtiments, et tout autres supports. Heureusement pour les catalans, leurs éloignements de la capitale, ajoutées d'une grande partie de la population opposée aux extrêmes révolutionnaires, permirent la conservation des armes. La Casa Xanxo, par exemple, arbore toujours le blason de la famille de Llupia, sa deuxième propriétaire.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).