Baho




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Description

Baho est assez petit. Situé le long d'une voie de passage, elle a depuis toujours été un lieu de transit. Les terres irriguées par la Têt permettent aux agriculteurs de faire pousser toutes sortes de fruits et légumes, et c'est cette activité qui est prédominante à Baho.

Rue principale de Baho

Rue principale de Baho

Le village s'est développé en s'étendant en grands lotissements comme c'est un peu partout le cas dans la région. Alors que le cœur du village reste actif - bien que réduit - cette "banlieue" artificielle est plus une ville "dortoir" pour les personnes travaillant à Perpignan ou St Estève, toute proche.

Il y a assez peu de choses à voir dans ce village trop près de Perpignan et St Estève pour se développer correctement. De plus, son histoire n'a pas un rayonnement régional, et par voie de conséquence Baho ne possède pas de monuments particuliers. Voyez dans la partie "Patrimoine" ci-dessous le détail de ce qui est notable.

Reste le centre du village, agréable bien que classique, et le château, une curiosité en plein centre-ville.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.69974351 N,

Longitude : 2.823446432 E

Photos

Situation et accès

Baho est une ville de la plaine du Roussillon, à la limite entre le Ribéral et la Salanque. Elle se trouve à quelques kilomètres de Perpignan plein Ouest, sur la rive gauche de la Têt, et à ce titre elle est un peu dans la banlieue de Perpignan.

Pour s'y rendre trois voies principales sont à disposition : La route de St Estève, une grande ligne droite liant les deux villes, la route de Perpignan, qui arrive directement de la Nationale 116 et la route de Villeneuve-la-Rivière, plus petite.

Carte IGN

Patrimoine

L'église de Baho

L'église de Baho

Le patrimoine de Baho n'est pas spécialement important, mais il vaut quand même le coup d'œil. C'est bien sûr l'église paroissiale qui en est le principal élément. Dédiée à St Vincent, on n'en connait pas la date de construction, mais on sait qu'elle fut fortifiée au XIIe siècle, puis agrandie au XVIIIe. Elle contient plusieurs retables : Maître-autel, du Rosaire, de St Joseph (XVIIIe), de St Antoine de Padoue (1721). On y voit aussi une balustrade de tribune en fer forgé (1746).

Par ailleurs le territoire de Baho possède un oratoire, dédié à Notre-Dame (Croix et statue du XVIIIe) Militairement, Baho possède encore des restes des fortifications du XIIe siècle. On peut aussi trouver, en se baladant dans le village, un portail en pierre marqué de la date 1663.

Histoire

La première mention du lieu date de 901. Il s'agit du document recensant les possessions de l'abbaye de Saint Michel de Cuxa. Par la suite la seigneurie de Baho a été vendu en 975 au comte Oliba, comte de Cerdagne-Bésalù. Il faut savoir que c'est le comte de Cerdagne qui a créé St Michel de Cuxa et que par la suite, les abbés furent souvent nommés par le comte.

En 1010 on retrouve d'ailleurs l'alleu "de Baso" dans un acte de propriété de l'abbaye de Saint Michel de Cuxa, à laquelle le comte a sans doute fait don. L'église est consacrée en 1149 sous la protection de Saint Vincent, mais il faudra attendre 1261 pour que le village soit fortifié et accueille un commandement militaire.

Parc au centre de Baho

Parc au centre de Baho

Etymologie

L'histoire de Baho remonte loin dans l'histoire du Roussillon. Nommée tout d'abord Baso puis Bason, il a pris le nom de Bôou avant de devenir se figer sur l'orthographe "Baho".

Héraldique

Description du blason de Baho

Expression héraldique

écu en losange : d' argent au cep au naturel feuillé de sinople et fruité de gueules sur une terrasse aussi de sinople, accompagné en chef d'une meule de moulin de gueules.

Description

Ce blason est plus complexe que sa description héraldique semble l'indiquer. Reprenons en détail.

"Ecu en losange" n'amène aucun commentaire particulier, si ce n'est de souligner la rareté de ce format (Argelès-sur-mer). "Argent" se rapporte à la couleur blanche, couleur générale du blason. L'élément représenté est expressif, un cep de vigne "au naturel" (c'est à dire qu'il n'a pas une pose particulière). "Sinople", c'est le vert. Le cep est dit "Fruité", il a des fruits (on voit les grappes de raisin) "de gueules" (rouge). La terrasse, c'est la partie basse du blason, elle aussi de "sinople" (verte). "Au chef" signifie "en haut du blason", il y a une meule "de gueule", donc "rouge".

Explications

Le blason de Baho est relativement récent, il a été créé pour pallier son absence par l'abbé Cazes, prêtre à Villefranche-de-Conflent, bien connu des héraldistes locaux. Il représente une meule symbolisant le martyr de St Vincent, et un pied de vigne, qui rappelle la vocation viticole de la ville. St Vincent est aussi le patron des vignerons. Par ailleurs, la devise "Arribar i moldre", ("Arriver et moudre") signifie "Passer en premier". Autrefois, les particuliers devaient attendre leurs tours pour moudre leurs grains. Arriver et moudre dans la foulée signifiait passer devant les autres.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).