Cassagnes


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Description

Relativement semblable à sa voisine Caramany, Cassagnes ne se distingue pas spécialement des autres villages du Fenouillèdes, il en a les mêmes ruelles étroites, les mêmes caractéristiques. Il est lui aussi un peu en hauteur, surplombant le barrage de Caramany.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.7404261 N,

Longitude : 2.611068669 E

Photos

Situation et accès

Cassagnes est situé plutôt à l'Est du Fenouillèdes, sur les hauteurs du barrage de Caramany.

Carte IGN

Patrimoine

Cuxous

Cassagnes possède sur son territoire le hameau de Cuxous dont l'église, dédiée à St Cyprien et Ste Corneille, est de style pré-roman, caractérisée par une abside trapézoïdale. Elle date du IXe ou Xe siècle. Sa nef unique, voûtée en berceau, est postérieure, probablement du XIe siècle.

Cette église était en 845 une possession de l'abbaye de Lagrasse, ce qui en fait l'une des plus ancienne possession de cette abbaye. Elle contient de nos jours un retable du XVIIe siècle.


Le barrage de l'Agly

Le barrage de l'Agly contient 30 millions de m3 (25 millions pour celui de Vinça). Il a été mis en eau la première fois en novembre 1994. Il mesure 57 mètres de haut et 260 de large. Du 1er juin au 30 juin il entre dans sa phase de remplissage. Du 1er juillet au 30 septembre, c'est le déstockage et du 1er octobre au 31 mars il est quasiment vide, prêt pour l'écrêtement d'éventuelles crues. (Voir l'Hydrologie des Pyrénées-Orientales)

Une petite remarque à son sujet : Si son nom officiel est "Barrage de l'Agly", il est communément appelé "Barrage de Caramany" (d'ailleurs la retenue d'eau est à 10% sur cette commune, et à 90% sur celle de Caramany). En fait, l'appellation "Barrage de Caramany" vient du fait que c'est le village le plus proche, celui duquel on voit le mieux le plan d'eau. Mais il est bel et bien sur la commune de Cassagnes.

Histoire

Le territoire de Cassagnes n'a pas gardé de traces de la lointaine époque préhistorique, ni de la période paléolithique, ce qui est plutôt normal vu la configuration des lieux, ni de la période néolithique, qui pourtant aurait pu nous laisser quelques vestiges, comme c'est le cas sur les territoires d'autres communes voisines. C'est cette époque qui a vu l'érection de menhirs et dolmens, présents dans le Conflent, ainsi que dans les premières exploitations agricoles. Des villages initiaux existaient, en fait plus des regroupements familiaux autour d'un site qu'autres choses. Nous avons donc la preuve de l'habitat du Conflent dès le IIIe millénaire avant JC, mais malheureusement pas à Cassagnes.

Vers -500 les celtes vinrent occuper le territoire du Roussillon, conquis en -128 par les romains. Ceux-ci bâtirent de nombreux édifices, mais il semble que rien ne fut réellement exploité sur Cassagnes, du moins aucun vestige de cette époque ne nous est parvenu. A la chute de l'empire romain, en 408, les wisigoths, puis les sarrasins en 739 furent les nouveaux maîtres du Roussillon, sans que nous n'en ayons des traces sur ce territoire. Pour les sarrasins, c'est plutôt normal, ils sont restés maîtres des lieux assez peu de temps et ils n'étaient pas un peuple de batisseurs.

Commence alors la période carolingienne. En 811 Charlemagne conquiert militaire le Roussillon et repousse les sarrasins de l'autre côté des Pyrénées. Charlemagne met en place le système féodal, découpe ses nouvelles terres en comtés et Cassagnes est intégré au comté de Bésalu (du nom d'une ville actuellement en Espagne) Et c'est peu après qu'apparaît pour la première fois le village tel que nous le connaîssons aujourd'hui.

La première mention de ce village situé au cœur du Fenouillèdes date de 889 sous le nom de "Cassanias". Il disparaît ensuite durant tout le haut Moyen-âge. On imagine qu'il ne s'agissait que d'une petite paroisse agricole, ni fortifiée ni dotée d'un château, et qui appartenaît au comte de Bésalu, qui l'a légué au comte de Barcelone comme la totalité de ses possessions en 1111, lors de l'extinction de cette lignée.

L'église paroissiale initiale a totalement disparue, ce qui est normal. Elle a été remplacé vers le XIIe siècle par une seconde église, d'architecture romane. Dédié à Notre Dame de l'Assomption, elle existe toujours aujourd'hui bien qu'elle ait été modifié en 1778 et 1923. Elle contient deux retables du début du XIXe, dont l'un est un exemple d'art "sulpicien".

En 1258, après l'épisode cathare et la défaite (et la mort) du comte de Barcelone, le nouveau comte Jacques 1er le Conquérant tente de réorganiser ses territoires et lance une extension vers la mer, ce qui marquera le début de l'expansion catalane en mer Méditerranée. Mais des heurts fréquents avec son puissant voisin français obligent les protagonistes à régler le problème de la frontière entre les deux pays, ce qui sera fait au traité des Pyrénées en 1258. Cette frontière passe plus au Sud, à Bélesta, Cassagnes devient alors un territoire français et en tant que tel ne sera pas incorporé au nouveau royaume de Majorque, lors de sa création au début du XIVe siècle. Pour figer la frontière, les deux camps construisent ou rénovent les château qui la borde, et plusieurs villages sont fortifiés. C'est le cas de Cassagnes, qui obtient son rempart au XIIIe et XIVe siècle, ce qui est donc classique pour l'époque. De nos jours il reste une porte fortifiée dans le village.

Par la suite Cassagnes suivra l'histoire de France et pas celle de l'Aragon. On retrouve des traces indiquant qu'il a subit de lourds dégâts durant l'attaque française de 1639, durant la guerre de 30 ans. Le village fut entièrement brûlé à cette occasion.

Etymologie

Cassagnes a pour origine le mot "Cass" qui désigne un chêne. C'est la même origine que le petit hameau du Conflent nommé La Cassagne.

Héraldique

Description du blason de Cassagnes

Expression héraldique

de sable aux trois bandes d' or, au chef du même.

Description

Ce blason est assez simple, on peut facilement comprendre son expression héraldique. Si le blason n'est pas scindé en plusieurs parties, elle commence toujours par sa couleur. Ici, il s'agit "de sable", soit "noir". Les trois "bandes" correspondent à des bandes diagonales, d'or (pour désigner la couleur jaune"). L'expression "Au chef" fait référence à la partie haute du blason, qui est "du même", c'est à dire "de la même couleur que le dernier élément décrit". Ici, le jaune. A noter que les "bandes" sont toujours en diagonale. Si elles étaient horizontales, on parlerait de "Fasces", et si elles étaient verticales, se seraient des "pals".

Explications

Le blason de Cassagnes est assez simple, à bandes obliques jaunes et noires surmonté d'une partie en jaune. Il s'agit probablement du blason de la famille de Cassagnes, mais je n'ai pas plus de renseignement à son sujet.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).