Corbère


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire

Description

Corbère est un village assez dense du Nord des Aspres, il est à la limite entre la vallée de la Tet, relativement peuplée, et les Aspres, plutôt désertique, ce qui lui donne un statut à part. Plus important que sa voisine Corbère-les-Cabanes, elle a aussi un passé riche dont les vestiges des époques précédentes dominent le village.

Photos



Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.65264947 N,

Longitude : 2.660446074 E

Photos

Situation et accès

Corbère est au Nord des Aspres.

Carte IGN

Patrimoine

Malgré la petite taille de Corbère, ce village peu se vanter de posséder quelques édifices historiques intéressants. Tout d'abord, la chapelle St Pierre du Bosc, l'église initiale du village. Vous avez plus d'informations à son sujet en cliquant ici.

Vallventosa, St Julien d'En Brazet ou St Julien d'En Benazet sont les noms d'une ancienne paroisse du Xe siècle, dont la population émigra à Corbère de Dalt durant le XIVe siècle. L'église est la seule pièce architecturale qui nous reste de ce hameau. Aujourd'hui en ruine elle est composée de quelques pans de murs de la nef et de la porte occidentale. Elle était construite en moellons de schistes.

Le château de Corbère est un édifice du XIIe siècle encore en bon état, il se trouve au Sud-Ouest de Corbère. Il est précédé de la chapelle Notre Dame, construite au XIVe siècle. Il s'agissait initialement de la chapelle castrale, mais elle obtient le titre d'église paroissiale à partir du XVIIe. Elle abrite un retable du maître-autel du XVIIIe siècle, ainsi qu'un autre du Rosaire qui lui est contemporain. Le village de Corbère de Dalt est à ses pieds.

Sur un tout autre sujet, le territoire de Corbère possède aussi un intéressant four à chaux et un puits à glace.

Voir aussi :

Histoire

Préhistoire et Antiquité

Le site de Corbère était un lieu d'habitat préhistorique au néolithique. A -60 000 ans, des hommes y ont séjourné suffisamment longtemps pour que l'on retrouve des restes humains (ils enterraient leurs morts), ainsi que des traces de feu, et des reliefs de repas pris dans la grotte (cervidés, ours et bouquetins)

Après la période Ibéro-ligures, puis celte (-500), les romains envahirent la région (-121). Ceux-ci, particulièrement bien organisés, structurèrent les terres sur la base de domaines agricoles, mais cette éventuelle présence n'est pas confirmée par des vestiges. A la chute de l'empire romain, ni les wisigoths (412), ni les sarrasins (735) n'ont laissé de traces sur le site. Il faut dire que ces deux peuples n'ont quasiment pas bâtis et leurs restes sont très rares.


Les premières paroisses : St Pierre et St Julien

Il faudra donc attendre l'arrivée des carolingiens en 811 pour que naisse le système féodal. Les soldats de Charlemagne ayant conquis le territoire, ils firent venir des moines, la plupart du temps de l'empire sarrasin au Sud, pour bâtir des grandes abbayes qui, au fil du temps, essaimèrent des chapelles un peu partout dans la région.

C'est ainsi qu'apparurent les chapelles de St Pierre du Bosc et de St Julien de Benazet, dite aussi St Julien de Vallventosa ou St Julien d'En Braset. Ces deux chapelles vont fédérer les familles venues s'installer dans ces collines, formant des petites paroisses durant le haut Moyen-âge.

Vallventosa, qui est cité dès 945 était une paroisse assez prospère semble t-il. En 1230 on le trouve dans un acte d'un certain Guillem de Taltahull (Tautavel) à qui Pons de Vernet inféode un honneur sis sur " les territoires de Millas, Corbère et Vallventosa". Un siècle et demi plus tard, en 1395, l'église est à nouveau cité dans un autre document, mais en tant "qu'église rurale". Ca signifie que l'église est abandonnée, qu'il n'y a plus assez de personnes pour qu'elle se maintienne. Le hameau a donc eu une vie assez brève, mais c'était le cas de beaucoup d'autres hameaux de la région, il n'y a rien d'exceptionnel à ce phénomène. (Sur la carte, Vallventosa se trouve au Sud-Est de Corbère, il est indiqué "l'église d'En Benazet".

En parallèle, la paroisse de St Pierre du Bosc est cité en 1163, elle appartenait à la jeune abbaye St Martin du Canigou. La paroisse restera en activité plus longtemps, elle ne sera définitivement abandonnée qu' au XVIIe siècle suite à la construction de l'actuelle église, plus grande et dédiée également à St Pierre. C'est la raison pour laquelle St Pierre est toujours debout aujourd'hui.


Apparition de Corbère de Dalt

Au XIIe siècle, un château va être construit sur la colline dominant la Têt. Aussitôt les populations s'agglutinent autour de ce château afin d'en trouver la protection, et c'est ce nouveau village protégé qui est la véritable origine de Corbère, connu sous le nom de "Corbère de Dalt". De nos jours, c'est un village ruiné. On peut assez facilement imaginer qu'à cette époque les paroisses de Vallventosa et St Pierre du Bosc n'étaient plus en possession de l'abbaye de St Martin du Canigou mais d'un seigneur temporel. On trouve un trace de la possession de Corbère par Pons de Vernet en 1261, soit près d'un siècle après la construction du château. Pons de Vernet était un puissant seigneur du Roussillon, possesseur de nombreuses paroisses qui lui assuraient son influence auprès des comtes de Barcelone, tout juste devenus rois d'Aragon.

La lignée des seigneurs de Corbère commence à peu près à cette époque. Bernat de Corbera, seigneur de Corbère est cité en 1266 et en 1269. Cette famille n'aura pas la même importance que celle de Vernet, mais elle a pu traverser les époques tout en gardant la seigneurie. Voyez ici la généalogie des seigneurs de Corbère.

Avant le XVe siècle Corbère appartenait à la famille Gagariga. Son dernier seigneur, François, était conseiller du roi d'Aragon Martin l'humain. Or sa fille Marguerite s'est mariée avec Bernard d'Oms, deuxième fils de Bérenger III. Marguerite a apporté Corbère en dot à son mari, qui a fondé une nouvelle branche de la Famille Oms. Egalement châtelain de Perpignan, Bernard d'Oms eu un fils Louis qui pris sa succession, mais celui-ci étant décédé sans héritier, c'est son frère Charles qui pris le titre de seigneur de Corbère. Plus occupé par les évènements du XVe / XVIe siècle à Perpignan, Corbère est laissé de côté par ses seigneurs. Charles eu Bernard, qui eu Louis, qui eu Jean qui eu Marie, sa fille unique. Celle-ci s'est mariée avec Louis de Llupia, et la seigneurie de Corbère passa aux mains de la famille de Llupia à la fin du XVIe siècle.

Par la suite, le village n'aura pas d'interaction particulière avec l'histoire locale. Ses administrateurs successifs sont des personnages relativement importants, ils ont des fonctions autres, plus importantes à leurs yeux, ce qui fait que Corbère se développera tranquillement, comme n'importe quelle autre village agricole du Ribéral.


Le village actuel

A partir du XVIIe siècle, mais plus rapidement à partir du XVIIIe, les habitants n'eurent plus besoin de la protection immédiate du château. Les moyens de communication, les nécessités de la guerre ont donné à la population d'un village le temps de se protéger avant d'être menacé par une armée. Du coup, plusieurs familles construisirent des habitations au Nord du château, formant d'autres petits hameaux. Au XVIIe siècle, l'église St Pierre du Bosc était trop petite pour la population locale, on construisit une seconde église St Pierre, et le lieu choisi fut celui de ces nouveaux hameaux. Ainsi fut construite l'église paroissiale actuelle, autour de laquelle se concentrèrent à nouveaux les habitants, vidant les lieux de St Pierre del Bosc et Corbère de Dalt au profit de cette nouvelle paroisse. Le Corbère actuel était né.

Ce n'est pas parce que Corbère devient une paroisse plus grosse que les hameaux alentours furent totalement abandonnés. L'un d'eux continua à grandir, si bien qu'au XIXe siècle il fallut diviser la commune en deux, les habitants de Corbère et du "hameau des cabanes" en venant aux mains régulièrement. C'est là l'origine de Corbère les Cabanes, sera créé officiellement en 1856 sur une partie du territoire de Corbère.

Héraldique

Description du blason de Corbère

Expression héraldique

En sautoir d' or et de gueules.

Description

L'expression héraldique du blason de Corbère est simple. "En sautoir" signifie découpé en 4 parties délimitées par deux lignes diagonales. Les couleurs "or" et "gueules" en héraldisme sont "jaunes" et "rouges" en réel.

Explications

Je n'ai hélas pas d'explications sur l'origine de ces couleurs. Il y avait une famille de Corbère, un peu plus puissante que les autres, qui pourrait avoir ces couleurs là.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).