Dorres


. Photos      . Patrimoine      . Histoire      . Cartes Postales

Histoire

Préhistoire

Le site de Dorrès était habité dès l'époque néolithique. A cette époque, à partir de -6000, le plateau cerdan était froid, boisé et humide. Les populations qui vivaient dans ces contrées s'était établies légèrement en hauteur par rapport au plateau de façon à éviter ces inconvénients. Les principales traces d'habitats de cette époque se trouve donc plutôt entre 1300 et 1800m d'altitude, ce qui explique pourquoi Dorrès était déjà habité.

Au Ve siècle avant JC, les Keretanis occupaient la Cerdagne. Ceux-ci nous ont laissé de nombreuses traces de leurs présences, et à Dorrès c'est au cœur même du village que l'on a retrouvé ces traces.


Moyen-Age

Mais c'est durant le Moyen-Age que le village que nous connaissons est apparu. Il apparaît aux alentours du XIIe siècle. Il s'agissait probablement d'un tout petit bourg formé de quelques manses centrées sur une église construite pour fédérer les habitants des environs. Dorrès apparaît dans assez peu de documents, ce qui ne nous laisse pas tellement de vues sur son passé. En 1359 toutefois le fogatge (recensement) fait par le roi indique que Dorrès possède 11 feux, soit à peu près 70 personnes. Le document stipule exactement Perroquia de Derros (paroisse de Dorrès)

Le lieu est cité en tant que possession de Bernard d'Enveitg au milieu du XVe siècle. (Ce dernier avait les droits de dîmes sur "Dorria") Le rayonnement de cette famille de barons pendant les 500 premières années du millénaire a permis d'étendre leur terre autour de leur fief d'origine, Enveitg. Il y a donc tout lieu de penser que Dorrès était une de leurs possessions bien avant et l'a encore été par la suite, mais ça reste une supposition pour l'instant.

C'est également durant le Moyen-âge que les bains furent construits, subissant années après années les modifications qui les amenèrent à ceux que nous connaissons de nos jours.


L'affaire Marty

C'est une affaire pénible qui s'est jouée le 12 octobre 1953 à Dorrès. Marguerite Marty, en apparence honnête tenancière de la pension de la commune, voit s'arrêter devant chez elle une traction avant d'où sortent des enquêteurs du service régional de la police. Arrêtée, Mme Marty est jetée en prison en attendant son procès pour assassinat.

Il faut remonter de quelques années pour mieux comprendre les évènements. Marguerite Marty est la cousine de Jeanne Candela, épouse d'un certain Elogio Candela. Ce dernier, séducteur et cynique, se lie d'amitié pour Marguerite, puis rapidement ils deviennent amants. Nous sommes alors en 1951. Affaire classique de ménage à trois, si ce n'est que curieusement, alors que le couple officiel sombre vers la rupture, Marguerite les invite à se rapprocher en les installant à Latour de Carol, village somme toute assez proche de sa pension, où Elogio prendra le métier de chauffeur de taxi. La ficelle est un peu grosse et le couple illégitime multiplie ses rencontres dans le dos de Jeanne, qui tient à ce moment l'épicerie du village.

C'est alors que Jeanne est prise durant le mois de janvier 1953 de violentes coliques néphrétiques. Marguerite Marty prend alors sa cousine et son mari sous son toit, dans la pension qu'elle tient. Sous la coupe de Marguerite, l'état de Jeanne ne s'améliore pas. Elle somnole de façon étrange et répété. Le 6 mars 1953, elle est transportée à l'hôpital pour en sortir le 12. Mais déjà le 16 elle doit y retourner dans un état grave. Les médecins se perdent en conjectures : à priori il s'agit d'une encéphalite léthargique. Le matin du 17 mars 1953, Jeanne Candela n'est plus.

Incarcérée le 12 octobre 1953, Marguerite Marty fut jugée le 20 janvier 1954. Le verdict fut en sa faveur : elle fut déclarée innocente. Cette affaire eut une grande portée dans le département des Pyrénées-Orientales. Nombreux sont les catalans qui s'en souviennent encore.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.4846208 N,

Longitude : 1.939964002 E

Photos

Patrimoine

L'église romane de Dorrès, toujours paroissiale de nos jours, a été en grande partie modifié au cours du temps. Il nous reste de roman le chevet semi-circulaire et la façade occidentale. Sa nef unique, percée ultérieurement de chapelles latérales, est caractéristique du XIIe siècle, elle est couverte d'une voûte en berceau brisé. Elle contient un retable du maître-autel du XVIIIe siècle, un autre dit "de la passion" (XVIIe), une Vierge noire (XIIIe), quelques statues des XVIIe et XVIIIe siècle, deux toiles du XVIIe, deux Christ (XVIe et XVIIe) et une roue à clochette.

Il existe une chapelle à Dorrès, la chapelle de Mageta. C'est une petite construction toute blanche située sur la route du col de Jouell.

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

Le nom de Dorrès est à rapprocher d'un terme hydronymique, il signifie "Les sources". On retrouve le nom du village au IXe siècle : Etorras, puis au XIe : Edors, au XIIe et XIIIe : Edorres et enfin au XVIIe : Dorras.

Cartes postales

1

1

Une seule carte postale disponible



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).