Estagel


. Photos      . Patrimoine      . Histoire

Histoire

Le site sur lequel Estagel s'est étendu est fort ancien. On a en effet retrouvé sur le territoire de ce village une nécropole wisigothique (Ve - XIIIe siècle). Le village, lui, apparaît en 951 sous le nom de "Villa Estagelle". Sa principale source de fierté est d'être la patrie de François Arago, illustre scientifique.

Au Moyen Age, Estagel était fortifié. Il nous reste de cette fortification quelques pans de murs et une ancienne porte de la ville datée du XIVe et XVe siècle. Elle est dotée d'une Vierge. La ville appartenait alors à l'abbaye de La Grasse, une riche abbaye à présent dans le département de l'Aude. En 1104 un document nous apprend qu'un canal d'arrosage fut concédé pour alimenter en eau la ville. Un canal, à cette époque, ne servait pas seulement à fournir de l'eau aux habitants, mais il représentait l'énergie hydraulique, grace aux moulins. C'était donc une aide précieuse pour la vie quotidienne. Il faut signaler qu'Estagel était le dernier village avant la frontière, puisqu'à 4 Kms de là, Latour de France constituait le premier village sous contrôle français. Cette situation devait probablement être source de tension.

L'attaque des troupes françaises en 1639 en pleine guerre de 30 ans provoque la chute du village en octobre, qui fut repeuplé quelques temps plus tard.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.77260161 N,

Longitude : 2.699081929 E

Photos

Patrimoine

Le patrimoine d'Estagel n'est pas spécialement riche. Citons l'église paroissiale de la ville, dont une particularité est de possèder deux cloches sur un clocher prévu pour quatre. En fait, ce clocher date de 1783, mais en 1793 trois d'entres elles furent fondues, la quatrième datant du XVe siècle elle fut épargnée. Une seconde cloche vient la seconder en 1828, et c'est la raison pour laquelle seules deux cloches cohabitent aujourd'hui au lieu des autre prévues.

Cette église est dédiée à St Etienne et St Vincent. Elle possède une nef unique et des chapelles latérales du XVIe siècle. Plusieurs retables y sont exposés : du Christ (XVIIe), du Rosaire (XVIIIe), de St Antoine de Padoue (fin XVIIe), du Choeur (XVIIIe, un groupe sculpté lui est adjoint). Par ailleurs, l'église possède sept toiles intéressantes des XVIIe et XVIIIe siècle.

Au centre se trouve la statue de François Arago, célèbre homme politique, savant, astronome, etc. et un assez massif clocher civil, joliment décoré et surmonté d'une architecture metallique qui rappelle celle se trouvant sur le clocher de la cathédrale de Perpignan. Militairement il reste de l'ancienne muraille une porte. A l'extérieur de la ville le territoire d'Estagel possède le mas de Jau, ainsi que la tour et la chapelle Ste Marie de Montserrat.

Sinon il reste à Estagel la fameuse chapelle St Vincent, une chapelle restaurée qui sert à présent de lieu de fête pour les habitants. St Vincent, actuellement à l'extérieur du village sur la route de Perpignan, en hauteur, est probablement du début du Xe siècle, ce qui en fait une chapelle de style pré-romane.

Le chevet possède des traces d'architecture typique, comme son plan carré. La nef de cette église a été remaniée au XIIe siècle, recouverte d'une voûte en plein cintre, puis ses murs ont été renforcées, créant les superbes arcatures aveugles.

Cette chapelle apparaît à nouveau dans un document en 1401 sous le nom de Loco vocato Sant Vicens, puis en 1455 sous celui de Ecclesia Sancti Vicentii.

Cette chapelle fut peu à peu abandonnée par les populations alentours, elle tomba en désuétude durant le XVIe siècle. Or durant le XVIIe siècle se fut le début de la période de l'érémitisme. La plupart des anciens lieux de culte abandonnés furent réhabilités pour pouvoir y loger un ermite (voir le Dossier sur les ermites). Ce fut le cas de St Vincent d'Estagel, qui réapparaît en 1688 en tant que Hermita de Sant Vincens.

Un siècle plus tard, la révolution française fait fermer les ermitages (1790). Ce fut la fin de cette activité à Estagel, qui n'a pas eu d'autres ermites durant le XIXe siècle comme se fut le cas dans divers autres endroits. En 1829 le logement de l'ermite est ruiné.

Il faudra attendre la fin du XXe siècle pour que soit entrepris des travaux de restauration par la municipalité d'Estagel.

Situation et accès

Carte IGN

Héraldique

Description du blason d'Espira-de-l'Agly

Expression héraldique

de gueules à l'agneau pascal contourné d' argent, la tête regardant à dextre et nimbée d' or, portant une croix haute du même avec une banderole d'argent chargé d'une croisette du champ, sur une terrasse de sinople.

Description

Le blason d'Estagel semble simple, mais son expression héraldique est longue et mérite qu'on s'y attarde un peu. Reprenons là pour la décortiquer. Si le blason n'est pas scindé en plusieurs parties, l'expression commence par sa couleur. C'est le cas ici. "De gueule" signifie "Rouge". L'agneau pascal est qualifié "d'argent" (c'est la couleur blanche en héraldisme), la tête tourné à "dextre" (gauche) et nimbée "d'or" (de jaune). Cet agneau porte une croix haute "du même". "Du même" signifie "de la même couleur que l'élément décrit précédemment", c'est à dire jaune. La banderole "d'argent" (c'est à dire blanche) est "chargé" ("contient") d'une "croisette" (une petite croix) "du champ" (de la couleur du blason, ici le rouge). Reste la "terrasse de sinople". La "terrasse", c'est la partie basse du blason. Le sinople, c'est bien sûr la couleur verte.

Explications

Le blason d'Estagel reprend le thème de l'agneau pascal, symbole des fêtes chrétiennes de Pâques. La représentation ci-dessous, sur les plaques de rue, appelle une remarque importante. Dans la description il est indiqué que l'agneau est nimbé d'or, il faut entendre par là qu'il a une auréole jaune, sa tête est cerclée de jaune, comme c'est le cas sur l'image ci-dessus. Par contre, sur la plaque de rue, l'agneau a une paire de cornes jaunes. Une erreur flagrante de reproduction ?

Ca n'est pas la seule, car il est bien indiqué dans l'expression héraldique que la banderole est "chargé d'une croisette du champ", c'est à dire qu'elle est marqué d'une petite croix rouge. Où est-elle ?

Blason sur une plaque

Blason sur une plaque



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).