Estavar


. Photos      . Patrimoine      . Histoire

Histoire

De tout temps la Cerdagne a été habité. Mais si les montagnes situées entre 1800 et 2200 mètres d'altitude étaient privilégiées pour la sécurité qu'elles procuraient, le plateau cerdan n'étaient pas vraiment habité, ce qui fait qu'Estavar n'a pas de vestiges préhistoriques.

Après l'invasion romaine (-121), des colons romains se sont installés en Cerdagne, mais là aussi Estavar ne nous a pas laissé de traces de leurs éventuels passages, de même que les wisigoths (408) et les sarrasins, qui eux ne se sont pas aventurés jusque là. La première trace du village se trouve donc à l'époque carolingienne, au moment de la construction des églises durant les Xe, XIe et XIIe siècle. En ce qui concerne Estavar, nous n'avons pas la date de construction de son église, mais la paroisse est mentionnée dès le IXe dans un acte de consécration de l'église par l'évêque d'Urgel. Cette église sera, comme beaucoup d'autres en Roussillon, remaniée au XIIe. C'est cet édifice qui est actuellement à Estavar. Il est de type roman et possède encore d'intéressants vestiges de l'ascension peinte dans l'abside.

Des documents semblent prouver que le hameau (villa ou vilulla, en fonction de sa taille) était une possession de la vicomté de Castelbo au haut Moyen-Age. Au début du XIIIe siècle, Estavar était passé sous la protection de Bernat de So, un châtelain du pays de Sault, dans l'Aude. Celui-ci se rangea aux côtés du pape en organisant une armée qui lutta aux côtés de Simon de Montfort contre le roi d'Aragon Alphonse II. Du coup ce dernier vengea en confisquant ses terres (Evol, Estavar, le Donnezan et le Capcir) et les remit à son allié Raymond Roger de Foix. A la défaite des cathares en 1213 ses terres lui furent rendues sous l'influence des vainqueurs. C'est ainsi qu'Evol changea rapidement de main deux fois.

On retrouve une autre trace d'Estavar en 1324, année où le comte de Foix Gaston rend hommage au roi de Majorque Sanch 1er pour son château de So et les villas d'Estavar, Evol et Bajande. En fait le château de So et ses dépendances étaient la possession de Bernat de So, dont le fils Joan deviendra vicomte d'Evol. Il était le vassal de Gaston de Foix, lui même vassal du roi, d'où l'acte d'hommage de 1324.

Estavar et Bajande seront perdus par Joan de So en 1344, à la prise du royaume de Majorque par Pierre IV d'Aragon. Celui-ci, voulant punir ses anciens ennemis, remis ses terres directement à Gaston de Foix. Mais en 1349 Joan fut remis dans ses fonctions grâce à l'appui du même comte de Foix.

En 1822 la commune de Bajande fut rattachée à Estavar.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.46802185 N,

Longitude : 1.995615414 E

Photos

Patrimoine

Estavar n'est pas connu pour la grande qualité de son patrimoine, mais il faut tout de même reconnaître que le village possède quelques éléments de patrimoines intéressants. Tout d'abord, le village lui-même, avec ses vieilles pierres, est très joli. Mais c'est surtout son église, dédiée à St Julien, qui retient l'attention.

Du XIIe siècle, elle se compose d'une nef unique couverte d'une voûte en berceau brisé et se termine par une abside circulaire. Elle contient des peintures murales du milieu du XIIe représentant l'Ascension, et plusieurs retables : Celui du maître-autel, daté de 1731, du Christ (XVIIe siècle), de St Sébastien (1829). L'église contient en outre quelques statues des XVIIe et XVIIIe siècle, une pierre funéraire de 1538, une roue à clochettes et trois plats de quête des XVIe et XVIIe siècle.

Au point de vue du patrimoine, Estavar possède aussi deux hameaux, Bajande et Rô. Bajande a une chapelle, la chapelle St Barthélemy contenant deux plats de quête du XVIe siècle.

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

Vient de l'expression Est avare, signifiant en catalan Que tout va bien. Original, non ?



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).