Exalada


. Histoire

Histoire

Appréciés des romains, les bains d'Exalada étaient un lieu connu dès l'antiquité. Ils furent abandonnés à l'époque wisigothique, puis complètement oubliés jusqu'au IXe siècle. En 811 Charlemagne conquiert le territoire de l'actuelle Catalogne. A sa suite des moines viennent construire des monastères pour attirer les populations vers le Roussillon. L'un des tout premier monastère sera construit à Exalada, le long de la Têt au bord d'un terrain riche. Mais une crue de la Têt a dévasté leur abbaye et ils durent le reconstruire à Cuxa, près de Codalet. L'église initiale de St André détruite, ils en construisirent une autre dédiée à St Michel : C'est là l'origine de St Michel de Cuxa.

Exalada fut alors à nouveau abandonné. Les ruines de l'abbaye furent oubliées. On raconte qu'au milieu du XIXe siècle on aurait retrouvé des poteries, des pierres, des clefs sur le terrain précédent le défilé des Graüs. Etait-ce réellement le lieu d'origine ?

Le système féodal se mettant en place, le puissant seigneur d'Evol obtient le fief de Canaveilles et de toutes les paroisses alentours. Il décida de fortifier le défilé des Graüs et bâti un château : le château de Cérola, précédé de la tour de Niobol et surplombé d'une fortification annexe.

Aux pieds du château de Cérola s'est alors agglutinée la population locale, cherchant la protection du château. Le village ainsi construit portait tout naturellement le nom d'Exalada. Plutôt petit, il dépendait à la fois de l'abbaye de St Michel de Cuxa et du seigneur d'Evol. La paroisse était dédiée à St Pierre, l'église se trouvait juste de l'autre côté du petit ravin, il en restait des ruines au début du siècle. L'église St pierre d'Exalada date du XIIe siècle. De nos jours il nous reste une partie de l'abside semi-circulaire et un pan de mur méridional de la nef avec le départ de la voûte. L'église de Canaveilles possède encore de nos jours une plaque de marbre provenant de St Pierre portant une inscription d'avril 1309.

Historiquement on trouve une trace de "Canabellas et Erola" dans un titre de possession de St Michel de Cuxa en 1012, ainsi que de l'alleu d'Exalada et son église St Pierre. En fait, l'appellation Exalada ou Cérola dépendait de la personne : les moines indiquaient leur alleu d'Exalada et les comtes d'Evol leur château de Cérola, mais il s'agissait bien du même lieu. Vu que les comtes détenaient le château pour le compte du roi d'Aragon, puis de Majorque, c'était bien le nom de Cérola qui était le nom officiel, celui que l'on retrouve dans les fogatges par exemple (recensements).

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

Exalada vient du latin Exa-Lata, "source abondante". Le lieu désignait initialement une source dont le débit était si important qu'elle pu servir de bain. Par extension, ce mot désignait les ravins qui acheminaient les eaux (chaudes dans notre cas) dans un lieu précis, une sorte de piscine à ciel ouvert. On trouve d'autres orthographes : Eixalada, Exalda, Eixalda.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).