Formiguères

Petit village au passé glorieux, Formiguères est connu de nos jours pour sa belle station de ski.


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Population      . Cartes Postales

Description



Avant d'être une station de ski d'une certaine importance dans les Pyrénées-Orientales, Formiguères est avant tout un village du Capcir. Ce village est de nos jours plutôt petit, avec relativement peu d'activités, mais il faut savoir qu'au temps féodaux il était le siège d'un château royal. Un roi y mourut, d'ailleurs.


Le village

Formiguères est un village du Capcir. Le Capcir, c'est la haute vallée de l'Aude, un fleuve qui prend naissance dans le massif du Carlit, un peu plus à l'Ouest, et qui coule plein Nord après avoir contourné le Roc d'Aude, la montagne qui accueille les pistes de ski des Angles. Cette vallée est large et peu profonde, elle abrite le lac de Matemale et celui de Puyvalador avant de poursuivre sa route dans le département voisin de l'Aude. De part et d'autre de la vallée il y a différents villages : Matemale, Les Angles, Formiguères, Puyvalador, Réal, et quelques hameaux : Odeillo de Réal, Riutort, etc. Formiguères se trouve à peu près au centre de la vallée.

On arrive sur place par le Sud (De Mont-Louis) ou le Nord (de Puyvalador), la départementale le traverse. Une route secondaire part plein Ouest vers la station de ski, à 3Kms de là. Formiguères est une très jolie ville de montagne, particulièrement en hiver. Elle s'articule d'un centre ville assez petit concentré autour d'une place servant à la fois de parking, de parvis de l'église et de place principale du village. Quelques commerces sont à la disposition des habitants et des touristes, été comme hiver. Mention spéciale pour la boulangerie qui fait un pain délicieux et le diffuse à travers tout le Capcir. Avec la présence de la station de ski, bien sûr, il y a quelques magasins spécialisés qui se sont montés, mais plutôt que d'envahir le centre-ville ils se sont créés un peu plus loin, au début de l'avenue principale. Certains sont à la station, bien sûr. Par ailleurs l'urbanisme de la ville est intéressante. En effet, ici, les maisons ne se sont pas toutes montées les unes contre les autres comme c'est le cas à La Llagonne par exemple. Ici, il y a de l'espace entre les vieilles maisons, qui ont été construites sur des grands terrains. Ca donne l'impression que le village est aéré et étrangement il est plus à taille humaine : Je veux dire par là qu'on a l'impression d'être proche des habitants. Formiguères a développé depuis longtemps quelques zones de la ville sous forme de résidences secondaires. Un peu isolées, elles se voient sur les hauteurs de la ville, côté Nord. A ce sujet Formiguères accueille bon nombre de résidences saisonnaires bien sûr, aussi bien en été qu'en hiver, mais ce n'est pas ce qui caractérise la ville, c'est à dire qu'elle est animée toute l'année de la même façon, ce ne sont pas les touristes qui la font vivre, tout en la laissant à l'abandon l'hiver. Non, au contraire, il il y a suffisament peu de résidences secondaires pour qu'elles s'intègrent naturellement à la vie locale.

Si vous n'étiez pas convaincu, la ville de Formiguères le claironne sur leur site Internet :

Aujourd’hui, Formiguères est restée résolument naturelle, ici pas de béton ni de grands immeubles qui défigurent les paysages.

Les commerçants sont assez nombreux pour résoudre vos problèmes d'alimentation : Une superette qui fait point chaud, des bars et restaurants (dont certains sont spécialisés dans la vente à emporter), une société de transport pour vos déplacements, une station service, un bureau de tabac / presse, quelques fermes proposant des produits frais, et de nombreux artisans dans des domaines variés. Il y a aussi un céramiste, et bien entendu tous les magasins nécessaires à la pratique des sports d'hiver : Location et vente de matériel, réparateurs, hébergements, etc.

L'été, la ville est dynamique, il y a toujours quelque chose à y faire. Les randonnées et sports de plein air sont bien sûr les plus prisés, mais il y a aussi d'autres activités organisées par les associations locales et la mairie. Sachez aussi que le patrimoine de la ville est assez important, avec en point d'orgue l'église Ste Marie, les vestiges du château et la chapelle de Villeneuve-de-Formiguères, un peu plus au Sud. Dans les environs vous aurez aussi quelques hameaux qui vont donneront un but de promenade, l'été.


Anecdote historique

Une petite anecdote sur Formiguères, à présent. Comme c'est indiqué dans la partie "Histoire", Formiguères était le lieu où se rendaient les rois de Majorque pendant les fortes chaleurs de l'été perpignanais. Ils quittaient le fameux Palais des rois de Majorque, si connu à Perpignan, pour se rendre dans leur château de Formiguères, dont il ne reste que quelques vestiges, au centre-ville.

L'un d'eux était Sanche 1er. Sanche mourut le 4 septembre 1324 à Formiguères. Son corps fut rapporté à Perpignan et inhumé devant le maître-autel de la vieille église de Saint Jean. Cette église est connue sous le nom de Saint Jean le Vieux, elle jouxte la cathédrale de Perpignan et quand elle est ouverte, vous pouvez encore y voir la pierre tombale de Sanche 1er. A noter que son frère aîné, l'infant don Philippe, avait renoncé au trône pour embrasser les ordres sacrés. Il mourut cardinal de Tournay, et fut enterré par la suite au coin gauche de ce même autel.


La station de ski

La station de ski de formiguères se trouve à peu près 3Kms du village. Il faut prendre la route qui part plein Ouest, elle serpente vers le domaine skiable qu'on voit au loin, si on lève les yeux. Il faut faire quelques virages en épingle à cheveux (Attention au retour, ne pas prendre de vitesse, la route n'est pas bordée de glissières). Si vous ne disposez pas de véhicule il y a un transport organisé entre le centre-ville et la station, c'est un mini-bus qui l'assure. Les horaires correspondent à la demande des clients, les rotations sont rapides le matin et le soir et se font plus rares dans la journée. Il faut se renseigner à la mairie pour les connaître car d'année en année, ils peuvent évoluer.

Il est assez simple de se garer à la station de Formiguères car elle est dotée de 3 grands parkings... à condition qu'ils ne soient pas pleins ! Ca arrive fréquemment en haute saison, si vous arrivez ne serait-ce qu'une heure après l'ouverture des pistes ! C'est le succès du domaine skiable qui provoque cet engorgement, c'est bien dommage mais c'est ainsi. Il arrive de devoir se garer à 500m, voir 1Km le long de la route, en amont, pour pouvoir y skier. Mais mis à part cet inconvénient qui n'en est pas un si on arrive pas à une heure tardive, les parkings sont corrects et surtout bien placés, on n'a pas besoin de trop marcher pour arriver dans la zone de départ des pistes. Le parking normal est dans le prolongement de la route, celui du haut est plus petit et souvent réservé aux bus, et celui du bas a un inconvénient, c'est qu'il faut remonter soit à pied jusqu'à la zone de départ (en longeant la piste pour débutant), soit prendre le tapis roulant (lui aussi pour débutant, donc très lent) Et une fois en haut il faut quand même marcher jusqu'aux installations de vente des forfaits. Donc à choisir, préférez le parking du haut ou du milieu, celui du bas n'aura la préférence que de ceux ayant déjà leurs forfaits et pouvant monter directement vers le haut de la station (c'est possible, en passant par les premiers téléskis)

Les installations de bas de station sont simples mais assez complètes. On y trouve bien sûr les kiosques de vente des forfaits, ils sont au nombre de 4 et ouvrent en fonction de l'affluence. Il y a deux magasins de vente et location de matériel, le poste de secours (et oui...), l'école de ski, un petit bar et des toilettes (très fréquentées !). A l'étage se trouve le restaurant qui a une salle intérieure et une très grande terrasse souvent bondée, jusque tard. Il n'y a pas de salle "hors-sac", que je sache, elle a été abandonné il y a déjà longtemps. Sur la terrasse il y a aussi un petit kiosque qui vend des produits de base pour pouvoir faire une pause-déjeuner. Pas de la haute gastronomie et pas vraiment de choix, mais ça fait du bien quand même. Et en plus, le personnel est sympathique, même au moment du coup de feu.

Il n'y a pas d'autres installations ouvertes au public sur le domaine skiable, pas de restaurants d'altitude par exemple, la station est trop petite. Par contre il y a, bien sûr, des équipements assurant la sécurité des usagers : Poste de secours, entrepôts de matériels, etc.


Les pistes

Le domaine skiable de Formiguères a 19 pistes réparties ainsi : 3 vertes, 6 bleues, 9 rouges et 1 noire, le tout desservis par 7 remontées mécaniques (2 télésièges, 4 téléskis dont 2 jumelés et un tapis roulant protégé. Ce tapis roulant est récent, il est magnifique et permet de remonter tranquillement la piste pour débutant à l'abri des intempéries. La station est comprise entre 1700m et 2400m d’altitude; ce qui lui assure un bon enneigement. Grosso modo on peut dire que la station est en trois parties : une partie basse, une partie haute et les pistes de gauche, du côté du Grand Tétras.

Le bas de la station est la partie la plus importante de la station. C'est là qu'on trouve les équipements comme les guichets, le poste de secours, les restaurants et les locations de matériels. Tout ça est dans un grand bâtiment long au bout du parking principal. Tout au bout du bâtiment il y a aussi l'école de ski et juste en face le télésiège qui mène au sommet de la partie basse, duquel on peut soit choisir une des quelques pistes revenant en bas, soit partir vers le haut de la station. Les pistes à disposition, d'ici, sont la Serre de Maury, une bleue qui part plein Sud. Longue et agréable, elle est longée par la rouge, la Calmazeilles. Partant de l'autre côté il y a les crêtes (rouge) qui se divise à deux reprises en deux pour contourner un bosquet, et les écureuils, une piste bleue partant de la rouge, légèrement plus bas. Pour les débutants, pas d'inquiétude, la partie rouge qu'il faut faire pour l'atteindre est peu impressionnante. A noter que les deux premières pistes arrivent sur la grande étendue de prairie enneigée qui sert de point de regroupement de toutes les pistes revenant en bas, c'est une zone large, dégagée, et qui contient deux pistes vertes accessibles par deux petits téléskis. Idéal pour les débutants.

Le haut de la station

est atteint par le téléski du bas uniquement, une fois qu'on l'a pris il y a deux pistes qui rejoignent le bas du téléski du haut, permettant de se rendre au sommet de la station. ces deux pistes sont une bleues (Les papillons, très agréable, et la seule noire de la station, le lièvre. Le lièvre est une piste intéressante, assez étroite, très pentue, et orientée plein Nord, ce qui la rend régulièrement verglacée. Elle est donc technique et nécessite une certaine habitude de la glisse avant de s'y aventurer. Pour les maladroits il y a une piste de liaison à 100m en contrebas qui la coupe et par laquelle vous pouvez rejoindre une piste verte.

Une fois en bas de télésiège vous serez amené - lentement, hélas - au sommet de la serre de Maury, le nom de la montagne sur laquelle sont adossées les pistes. Il est facile de s'y repérer : Une piste bleue (plus proche de la verte même) rejoint la serre de Maury en passant par le haut du télésiège du bas, elle suit la crête. De là partent une série de pistes rouges relativement courtes qui rejoignent "Les lacs", la piste rouge principale. C'est celle-là la plus longue, et de loin. "La Renard" est intéressante car elle est assez pentue, mais malheureusement il faut la prendre relativement bas sur la piste bleue, ce qui fait qu'elle est très courte.

Les pistes de la partie gauche de la station sont intéressantes. Relativement longues, elles proposent des difficultés techniques différentes. On y va par deux téléskis jumeaux dont les départs sont tout en bas de la station (attention à l'heure, quand ça ferme, vous vous retrouvez coincé en bas et il faut remonter à pied sur une centaine de mètres ou prendre le tube des débutants). Ces téléskis sont relativement difficiles que ceux qui n'ont pas trop l'habitude, et la pente est forte. Attention en haut, il est interdit de passer d'un côté des pistes à l'autre, il faut donc choisir sa piste dès le bas. A gauche il y a "le Bac", une piste longue à la pente régulière, elle est plutôt faite pour la vitesse. A droite il y a le Grand Tetras, une piste très large et assez penchée permettant également de prendre de la vitesse. Toutes les deux sont rouges. Enfin il y a une 3e piste, la Couillade, qui est moins technique mais propose des variations dans la pente, c'est idéal pour ceux qui ne veulent pas toujours faire les mêmes choses. Attention, ces 3 pistes se jettent dans la grande prairie du bas de station, là où il y a les pistes vertes des débutants. Il faut absolument ralentir, il y a danger !

     Pour en savoir plus : Station de ski de Formiguères.


Voir aussi :

La station de ski de Formiguères

Le hameau de Villeneuve-de-Formiguères

La ville de Mont-Louis

La vallée du Capcir

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.61395439 N,

Longitude : 2.10182427 E

Photos

Situation et accès

Formiguères est une ville de moyenne importance située à la limite entre les Pyrénées-Orientales et l'Aude, dans la vallée du Capcir. Pour s'y rendre au départ de Perpignan, il faut suivre la direction de l'Andorre, puis il faut bifurquer à la hauteur de Mont-Louis vers les Angles / La Llagonne. Il ne reste plus qu'à suivre la départementale qui traverse le Capcir, longeant Matemale avant d'arriver à Formiguères.

Cette départementale traverse Formiguères et se poursuit vers Puyvalador, puis au delà vers l'Aude, avec Carcassonne en ligne de mire. D'autres routes mènent vers les villages à proximité : Villeneuve-de-Formiguères, Odeillo-de-Réal, Espousouille.

Carte IGN

Patrimoine

L'église Ste Marie

L'église Ste Marie

L'église Ste Marie

Ste Marie de Formiguères possède quelques intéressantes pièces de mobilier : un bénitier du XVe siècle, les retable du rosaire (1707), de St Antoine (1727), de Notre Dame des Sept Douleurs (XVIIe et XVIIIe siècle) ainsi qu'une Vierge du XIVe, un Christ en croix du XIIe et une croix processionnelle datée de 1710. Dans la chapelle Sud Est de l'église se trouve un Christ roman du XIIe siècle. Il mesure 1m74, il est classé monument historique en 1928. Il était à l'origine dans une composition de plusieurs personnages, ça représentait une descente de croix. Il y a même encore une main qui appartenait à un autre personnage.

Le château

Le château

Le château

Formiguères s'est fortifiée très tôt. Ville comtale, elle fut dotée d'un château qui existait déjà à la fin du XIe siècle. De ce château, il en reste le portail d'entrée (actuellement l'encadrement de la porte de la mairie) et une portion de remparts (entre la mairie et l'église)

Notre Dame de Villeneuve

Il s'agit d'une chapelle isolée en Capcir, à quelques encablures de Formiguères. Elle est au Sud du lac de Puyvalador, en fond de vallée. Il s'agit d'un ensemble chapelle-logis dont le logis est un bâtiment à deux étages de grande dimension accolé à la chapelle, ce qui l'écrase un peu. Elle a été construite en 1735 et contient un retable du XVIIIe siècle et deux Vierges, l'une du XVIe siècle et l'autre des XVIe et XVIIe siècle.

Elle fait l'objet d'un applec le 16 août. Si vous êtes dans le coin à ce moment, c'est un évènement à ne pas rater, surtout si vous ne connaissez pas vraiment la catalanité.

En savoir plus.

Le calvaire

Le calvaire

Le calvaire

Il existe un calvaire très particulier à Formiguères, et il est particulièrement connu des skieurs car il se trouve en bas des pistes de ski, juste au sommet de la zone où toutes les pistes se rejoingnent, devant la station. Il est imposant pour un simple calvaire, il est fait en granit et se compose d'un mur en ogive surmonté d'une croix et creusé d'une petite niche abritant une statue dont j'ignore l'identité.

La dalle gravée

La dalle gravée de Formiguères est un vestige du néolithique, elle se trouve à l'autre bout du territoire du village, au Nord des Camporells. La dalle de Formiguères est particulière puisqu'elle est gravée d'un motif humanoïde, ce qui est très rare.

En savoir plus.

Histoire

Formiguères est un peu à part dans l'histoire de la région. Tout d'abord, il s'agit du seul endroit en Capcir où il existe encore des traces d'activités humaines que l'on peut qualifier de préhistorique, ensuite il a été longtemps le centre économique et politique de la vallée.


Préhistoire

Le site de Formiguères a donc été occupé dès -40 000 ans par des hommes préhistoriques. A cette époque, toute l'Europe était balayée par de grandes variations de climat, oscillant de la glaciation à la canicule saharienne. C'est dans ce contexte que nous trouvons le site de la "Peyra Escrita" (Pierre écrite), toujours visibles de nos jours. Il s'agit d'une pierre plate formant une dalle sur laquelle il y a des gravures rupestres représentant des motifs humanoïdes.


Antiquité

Plus proche de nous, les romains avait colonisés le site en y construisant une villa, sorte de domaine agricole de grande ampleur qui abritaient plusieurs familles. Cette ferme fut récupérée par les wisigoths lors de l'effondrement de l'empire romain, son exploitation se poursuivit.


Origine du village (IXe-XIIe siècle)

Le village est cité la première fois le 21 septembre 873, date de la consécration de la première église. Toutefois l'église fut construite quelques décennies plus tôt, en 833. A cette époque, les francs avaient réussi à repousser les sarrasins sur la péninsule ibérique. Le Capcir fut initialement incorporé dans le comté de Razès, qui englobait également le Fenouillèdes, le Donazan, le Pays de Sault et le Perepertuse. La vallée de l'Aude était déserte, mis à part le lieu de Formiguères, toujours habité.

En 877, le Capcir est définitivement rattaché au Conflent, lui-même dépendant de la Cerdagne. A partir de cet année c'est le comte de Cerdagne qui dirigea la destinée de la vallée. Mais l'influence du comte de Razès était toujours forte.

A partir de la fin du IXe siècle, la vallée fut peuplée sous l'impulsion de l'abbé de St Jacques de Jocou, une abbaye située sur le Ribenty, dans le pays de Sault (le pays de Sault dépendait avec le Donnezan du Razès). C'est ainsi que furent construites les églises des hameaux alentours. Au XIe siècle, Formiguères avait un archiprêtre qui réglait les affaires de douze paroisses alentours (Fontrabiouse, Espousouille, Galba, Creu, Matemale, Les Angles, Caramat, Vallsera, etc.)

La seconde consécration de l'église de Formiguères eu lieu le 6 octobre 1019 sous Guifred II, comte de Barcelone, par Guifred son fils, archevêque de Narbonne dont dépendait le Capcir pour le spirituel. Cette seconde consécration eut lieu après quelques travaux importants : rallongement de la nef, voûtement en pierre. La façade, elle, fut refaite quelques années plus tard au XIIe siècle. Par ailleurs, cette église fut fortifiée au XIVe siècle, puis on lui adjoint des chapelles et la sacristie entre le XVIIIe et le XXe siècle. Le clocher-mur pyramidal fut ajouté au XVIIIe siècle.

Depuis le début du millénaire, l'abbaye de St Michel de Cuxa avait prit un essor important. Les comtes de Cerdagne lui donnèrent la plupart des villages du Capcir Sud durant le Xe siècle. Cette hégémonie que l'on trouve jusqu'au XIIIe siècle sera poursuivit en 1130 par Raymond-Bérenger III, comte de Barcelone, qui avait récupéré le comté de Cerdagne en 1117. C'est en effet en 1130 que l'on trouve un acte de donation de plusieurs manses de Formiguères à l'abbaye St Michel de Cuxa. Avec la création de Puyvalador en 1195 et surtout de son château, plus vaste, Formiguères va perdre son pouvoir sur les villages alentours. Puyvalador récupèrera même le marché de Matemale, ce qui concentrera toute l'activité économique dans ses murs.


Formiguères, ville royale (XIIe-XVe siècle)

L'épisode du royaume de Majorque amène une remarque. En 1276, au décès de Jacques 1er le Conquérant, roi d'Aragon et comte de Barcelone, le royaume de Majorque fut créé au profit de son fils cadet. Son héritier, Sanch 1er de Majorque (1311-1324) était atteint d'asthme, qu'il soignait en se reposant régulièrement dans son château de Formiguères en été pour échapper aux fortes chaleurs. Il y décèdera le 4 septembre 1324.

Le système féodal s'était mis en place au IXe siècle, il fut créé à Formiguères un poste de bailli, représentant de la population. En 1344 le baillage appartenait à Ramon d'Eixalada. Or cet année là Pierre IV d'Aragon récupère le royaume de Majorque par la force et redistribue les terres de ses anciens ennemis à ses alliés. Ramon d'Eixalada fut spolié pour avoir soutenu jacques III de Majorque, mais la charge fut rendu à sa veuve Esclarmonde quelques années plus tard.

Pierre IV, nouveau roi d'Aragon, ordonna un inventaire de ses châteaux en 1349. C'est grâce à ce document que l'on connaît un peu mieux celui de ce village.

En 1349 donc, le château de Formiguères contenait :

  • 8 arbalètes,
  • 11 arbalètes à 2 pieds dépourvus de cordes,
  • 2 arbalètes à étrier,
  • 8 cuirasses qui faut couvrir et garnir,
  • 3 heaumes en fer dégarnis, dont 1 cassé,
  • 1 heaume en bois à visage de fer,
  • 8500 flèches d'arbalètes à manivelle,
  • 2 manivelles.

En comparant cet armement avec ses voisins, on en conclut qu'il n'était pas très grand. Son rôle défensif était assez faible, il devait très certainement servir à seconder Puyvalador, qui lui avait un vrai rôle défensif, qui plus est un peu mieux placé en amont de la vallée.


La baronnie de Formiguères (XVe à nos jours)

En 1463, lorsque Louis XI envahit le Roussillon, le châtelain de Formiguères était Damien Descallar. celui-ci avait épousé Jeanne d'Ortaffa en 1460, fille de Pierre et Isabelle d'Ortaffa qui lui avait fourni l'alleu royal de Formiguères en dot.

Ce personnage fut fidèle au roi d'Aragon, il ne s'opposa pas aux révoltes des populations contre le roi de France, mais ce dernier ne voulait pas bouleverser les seigneuries tant qu'il n'avait pas d'opposition ouverte entre le seigneur et lui. Descallar se vit donc confirmé dans ses fonctions.

Quelques temps plus tard les familles Descallar, d'Ortaffa et d'Oms influencèrent la population pour qu'elle renverse le roi de France en Roussillon. Ainsi aidés, les seigneurs s'emparèrent de toutes les places fortes sauf Salses et Collioure, et c'est ainsi que Jean II peut entrer à Perpignan en 1473, année où fut signé le traité de paix.

Le château de Formiguères fut alors vendu par le roi à Jean Garrius. L'achat du château, de son village et de tous les droits associés (justice, dîmes, censives, etc.) engendra la fondation de la dynastie des barons de Formiguères. (Plus tard la baronnie sera élevé au rang de comté)

La baronnie passera à la famille d'Ortaffa, puis à la famille Descallar par le mariage de Damien Descallar avec Jeanne d'Ortaffa. A la mort de Damien en 1520, c'est Isabelle, sa fille, qui devient seigneuresse de Formiguères. Puis viendront Pons V Descallar i de Alemany, Pons VI Descallar i d'Oms, Luis Pere Descallar i de Cardona, Lluis Descallar i Desbach (1607) qui vendit Formiguères au profit de Pierre Ramon Sa Fortessa de Mallorca en 1631 pour 6250 livres.

Pierre Ramon était vice-roi et capitaine général des Baléares, il reçut le titre de comte de Formiguères avec tous les droits féodaux en Capcir (1633). Il mourut en 1639. Son fils, d'un caractère violent avec ses vassaux, fut spolié par le roi en 1653, mais ses terres lui furent rendues en considération des services rendus à la dynastie royale.

La dîme de Formiguères était détenu par le vicomte d'Evol Gaspard Galcerand d'Hijar en 1630. En 1671 Formiguères était passé à la famille Sa Fortessa de Mallorca. Puis le Conseil souverain lui confisqua ses terres pour les rendre à Narcis Descallar pour 2292 livres d'argent. Ce dernier vendit la seigneurie le 2 juin 1699 à Benet de Calvo i Bassèdes dejà seigneur de la Palme. Formiguères reste dans cette famille jusqu'à la révolution (don Francesc de Calvo)

Le château fut démoli à la fin du XIXe siècle, à une époque où le gain de place au centre des villages était prioritaire sur le sauvetage du patrimoine construit. Dommage !

Evolution de la population


Années Feux
1355 20
1359 21
1365 36
1424 8
XVe siècle 3
1515 12
1553 9

Etymologie

L'origine du nom Formiguères est controversée. Il s'agirait soit d'une origine germanique, donc apporté par les wisigoths, "Frumigar", du nom de la rivière Lladura telle qu'elle était appelé par ce peuple, soit d'une origine latine "Formica", désignant un tas de bois et de branches recouverts de terre que l'on incendiait. Cette méthode d'écobuage était très prisée par les romains.

Par la suite, on retrouve le lieu désigné sous la forme Formicaria, puis Formigaria avant d'avoir Formigueria plus récemment.

Héraldique

Description du blason de Formiguères

Expression héraldique

Parti : au premier de gueules à l'aigle cousue de sable, au second d' or aux quatre pals de gueules; le tout sommé d'un chef de sinople chargé de trois feuilles de chêne d'or.

Description

Le blason de Formiguères est assez complexe. Etudions-le en se basant sur son expression héraldique. "Parti" désigne un blason scindé en deux par une ligne verticale. On s'attend donc à avoir la description des deux parties, en commençant par celle de gauche. "Au premier" introduit la description de la partie de gauche. Le mot "Gueules" désigne la couleur rouge. Un aigle de "sable" est "cousu". Le mot "Sable" désigne la couleur noire. "Cousu" met en évidence que le noir de l'aigle est sur le rouge du fond. Ca parait bête de le préciser, mais c'est parce que c'est une anomalie volontaire : En Héraldisme, les couleurs sont soient des métaux (or/argent pour jaune et blanc), soit des émaux (vert/rouge/bleu/noir/violet). On ne met jamais un émail sur un autre émail, ou un métal sur un autre métal. Si on le fait, on précise que l'élément décoratif est "cousu".

La seconde partie est "d'or aux quatre pals de gueules" : On devine qu'elle est "jaune à quatre barres verticales rouges". Le tout est "sommé" ("complété par") un "chef" (la partie du haut) de sinople (vert) "chargé" ("qui contient") trois feuilles de chêne "d'or" (jaunes) On peut donc reprendre l'expression héraldique :

"parti : au premier de gueules à l'aigle cousue de sable, au second d'or aux quatre pals de gueules; le tout sommé d'un chef de sinople chargé de trois feuilles de chêne d'or."

et la traduire par :

"Scincé en deux parties égales verticales : La première rouge avec un aigle noir, la deuxième jaune avec quatre bandes verticales rouges, le tout surmonté d'une zone horizontale verte ornée de 3 feuilles de chêne jaunes".

Explications

Le blason de Formiguères rappelle l'appartenance de la ville à la Catalogne par la reprise de ses couleurs. Je n'ai pas la signification des feuilles de chêne, ni celle de l'aigle.

Note : Françoise, une internaute, m'a signalé une anomalie dans la description du blason, elle corrige et donne une explication qui est tout à fait plausible et en laquelle j'ai confiance :

"A propos du blason de Formiguères, il s'agit de l'aigle d'Aragon et les trois feuilles de chêne sont des épis de seigle ou blé noir : Il n'y a jamais eu de chênes en Capcir mais le seigle pousse sur ces terres d'altitude et sert à faire le fameux pain de seigle que l'on trouve encore à la boulangerie sur la place de Formiguères."

Je garde la description telle qu'elle est car elle est issue d'une source en laquelle j'ai confiance, même si j'ai plus tendance à croire Françoise.

Cartes postales

1

1

1

1

Deux cartes postales disponibles



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).