Galdarès


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire

Description

Difficile d'écrire des heures sur Galdarès, il n'y a pas grand chose à en dire. Le hameau se trouve au croisement de la rivière "La Lamanère" et de la route du village du même nom. Il est donc encaissé dans une vallée et en tant que tel se trouve assez souvent à l'ombre. L'humidité de la rivière participe au sentiment de fraîcheur que l'on a sur place. L'été, c'est très agréable mais l'hiver est plus rude, surtout qu'il n'est pas inhabituel d'avoir de la neige.

Etant donné qu'il y a très peu d'habitants ceux-ci sont naturellement solidaires. D'ailleurs les commentaires ci-dessous le prouvent.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.40836507 N,

Longitude : 2.56393715 E

Photos

Situation et accès

Galdarès est un hameau de Serralongue que l'on rencontre lorsque l'on quitte la nationale en direction de Prats de Mollo et que l'on se dirige vers Lamanère. Il s'agit d'un tout petit lieu-dit de quelques maisons. Pour vous rendre sur place, au départ de Perpignan, vous devez prendre la route du Boulou. Une fois arrivé sur place tourner en direction de Prats-de-Mollo, puis de Lamanère. Galdarès est quelques kilomètres plus loin. Comptez une bonne heure pour vous rendre sur place.

Carte IGN

Histoire

Il semble que ce lieu du Vallespir n'est pas été habité avant le Moyen-âge. La préhistoire ne nous a pas fourni de vestiges de cette lointaine époque, et aucun des peuples qui ont précédé les carolingiens ne se sont vraiment fixés dans les vallées du Tech et de ses affluents, ou alors leurs présences n'a été que temporaire et n'a pas entraîné de constructions suffisamment importantes pour que l'histoire nous les lègue.

En fait l'histoire de Galdarès est liée à l'activité minière, lors de l'extraction du fer des mines du Canigou. Tout ce minerai devait être travaillé dans des forges, nombreuses dans toute la région entre le XIIe et le XVIIe siècle. Pour faire fonctionner une forge catalane, il était indispensable de s'installer près d'un cours d'eau qui apportait l'énergie mécanique pour actionner la masse et qui alimenter la soufflerie.

La Lamanère, petite rivière locale, avait un débit suffisant pour cette activité. Une forge s'y est donc installé, qui traitait le fer descendu à dos de mules des mines du haut-Vallespir. Or une forge attirait inévitablement d'autres corps de métier, comme un maréchal ferrant : ce fut le point de départ du village, qui se développa peu à peu. Au Moyen-âge, le village était composé de deux parties : le Gau d'Amont (aujourd'hui hameau de Grau), et le Gau d'Avall (aujourd'hui Galdarès). Il est intéressant de constater que même si l'activité minière s'est arrêté (et on ne sais pas quand elle le fut à Galdarès), il y a toujours une scierie dans le hameau.

Etymologie

Sources étymologique : Pierre Ponsich.

La première mention du lieu, en 861, indiquait "Gadu Aras". Au IXe siècle il apparaît sous le nom de "Gradares" ou "Guadaria". Le nom est constitué de deux partie. La première, tirée de "Gual", "Grad" ou "Gau", signifie "Gué". La seconde peut avoir deux origines : Ara, qui signifie "Autel en latin", fait référence à un gué marqué par des bornes en forme de pierres d'autel. Autre possibilité, Arès, le nom du col vers lequel se dirige la route.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).