Le Boulou


. Photos      . Patrimoine      . Histoire

Histoire

Comme toutes les Albères, il semble que Le Boulou ait été un lieu d'habitat pour les hommes du néolithique. Mais le territoire de cette ville ne nous a pas légué de vestiges de cette lointaine époque, ni même de l'époque mégalithique, plus récente (-2200), caractérisée par l'érection de dolmens et menhirs.

Par la suite la région a été occupé par les ibéro-ligures, puis les celtes et les romains. Bien que ceux-ci s'installaient un peu partout, le territoire du Boulou n'a pas non plus de restes de cette époque. Il faut attendre l'arrivée des carolingiens en 811 pour que soit instauré le système féodal et avec lui les premières églises disséminées un peu partout suite à l'implantation des abbayes ( St Génis des fontaines, St André de Sorède)

L'église Ste Marie du Boulou date du XIe siècle. Ses décors ont été faits pour un autre édifice à présent détruit, il s'agit d'un réemploi. La porte est remarquable car elle a été faite par le maître de Cabestany, un sculpteur renommé qui a beaucoup travaillé dans la région mais aussi en Espagne, en Auvergne et jusqu'en Lombardie. La corniche reproduit des scènes de l'enfance du Christ et sur sa façade, on peut y voir une pierre tumulaire datée de 1220. Notre Dame, en partie reconstruite au XIVe siècle, a été agrandie au XVIIe. Elle contient un intéressant mobilier classé, en particulier 15 panneaux de retables allant du XVe au XVIIe siècle et un crucifix en bois du XVIIe également. Son autel est de style baroque flamboyant.

En 1307, un document nous atteste de la présence d'un château ainsi que d'une enceinte fortifiée, enceinte dont il nous reste une tour quadrangulaire encore de nos jours. Elle fut construite sous la volonté des barons de Montesquieu qui avaient acquis le fief à peu près à cette époque.

Un évènement majeur eu lieu au Boulou, les 30 avril et 1er mai 1794 : La bataille du Boulou. Il s'agit d'une des batailles les plus importantes de la guerre de 1793 qui vit la confrontation des armées françaises et espagnoles pour la possession du Roussillon. Détail intéressant, cette bataille est mentionnée sur l'arc de triomphe à Paris, et elle est le siège d'un fait d'arme important cité par les catalans : le petit tambour du Boulou.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.5230558 N,

Longitude : 2.830146406 E

Photos

Patrimoine

Ste Marguerite de Molars

Sur le territoire du Boulou se trouve une ancienne chapelle dédiée à Ste Marguerite et dite Ste Marguerite de Molars. Cette église était peut-être le siège d'une ancienne paroisse, mais nous avons trop peu d'information pour en avoir la certitude.

Elle apparait en en 1265 sous le nom de Sancta Margarita, puis en 1368 sous celui de Capela de Santa Margarida de Molas. Il faut noter que l'appellation de chapelle indique que l'église n'avait plus la même importance puisqu'elle était passée sous la coupe d'une autre. Ce déclin se confirme peu après en 1404, année où la chapelle est nommée ecclesia ruralis Sancte Margarite. Certe elle est redevenue église, du moins dans l'appellation, mais elle est surtout déclarée église rurale, ce qui signifie qu'elle était peu fréquentée et tendant à disparaitre.

A partir de la fin du XVIIe siècle, un changement profond se fit dans la pratique de l'érémitisme. Les premiers ermites, retirés et cherchant la plus profonde spiritualité par une vie matérielle pauvre, étaient peu à peu remplacés par des moines en relation avec la vie locale. Les ermitages se sont alors multipliés, récupérant et modifiant en profondeur les anciennes églises ou chapelles castrales, pas forcément éloignées des villages.

Ces nouveaux ermites vinrent habiter à Ste Marguerite, ils étaient les ermites du Boulou. Mais cette situation ne dura pas. En 1790 la révolution française mets à bas certains piliers de l'Eglise. En particulier, les biens de l'Eglise sont déclarés biens d'Etat, et en tant que tel mis en vente. Seul pourront y échapper les églises paroissiales, ce qui signifie que les ermitages du département, bien que toujours désirés par les habitants, furent vendus à des particuliers ou des communes. Les ermites disparurent, et ce fut la fin de Ste Marguerite.


Autres éléments du patrimoine

Mis à part l'ermitage Ste Marguerite, le territoire de la commune du Boulou possède une chapelle dédiée à St Antoine (Cliquez ici pour les détails). Elle date du XVe siècle et contient un intéressant retable du XVIIIe siècle (1712). Massive, elle donne une apparence de lourdeur lorsqu'on l'observe. On compte aussi au Boulou son église paroissiale, dédiée à Ste Marie et St Antoine.

Autre élément du patrimoine du Boulou, le thermalisme. Tout comme Vernet-les-Bains ou Amélie-les-Bains, le Boulou fut une station balnéaire réputée dont les eaux furent exploitées à partir du XVIIIe. La station fut baptisée Vichy-du-Midi au XIXe siècle, preuve de l'importance de cette activité dans la région.

Situation et accès

Carte IGN

Héraldique

Description du blason du Boulou

Expression héraldique

d'argent à la fleur de lys d' azur en chef, accompagnée en pointe d'un vol abaissé de sable, à la bordure de gueules chargée de l'inscription LA VILLA DEL VOLO en lettres capitales d' or.

Description

L'expression héraldique de ce blason est plutôt longue, on va l'expliquer en la reprenant mot à mot. Il est tout d'abord qualifié "d'argent", qui signifie "blanc" en langage héraldique. Le fait de donner sa couleur directement induit qu'il n'est pas scindé en plusieurs parties, sinon ça aurait été la première information. La fleur de lys est "azur", c'est à dire bleu, et elle est positionnée "en chef", donc sur le haut. Elle est accompagné "en pointe" (sur la partie basse du blason) d'un "vol abaissé de sable". Le vol c'est la paire d'ailes. Certaines villes comme Alénya ont un demi-vol représenté, donc une seule aile, mais Le Boulou et la seule ville ayant le "vol" complet. Ce vol est abaissé, donc orienté vers le bas, et de sable, qui est un mot désignant la couleur noire. La bordure, elle est dite "de gueules" (rouge), elle est "chargée" (elle contient) une inscription "d'or" (jaune) Notez que cette inscription n'a pas été reprise dans le dessin ci-contre.

Explications

Le Boulou a un étrange blason. La fleur de lys bleu est un classique de la représentation de la royauté de France, comme peuvent l'être les fleurs de lys d'or sur fond bleu. Pour expliquer les ailes du blason, il faut savoir qu'une telle représentation est nommé "Vol" en héraldique. Vol serait peut-être à rapprocher de "Volo", la graphie catalane du Boulou ("El Volo", en catalan le "V" se prononçant "B") On serait alors en présence d'une arme parlante, c'est à dire qui donne le nom de la ville à travers une sorte de rébus.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).