Montferrer




. Photos      . Histoire      . Population

Histoire

La seigneurie de Montferrer fut créé comme toutes les autres durant le IXe siècle sous les carolingiens. Le château qui s'y dressait était nommé "Château de Mollet" (en 1088) et appartenait aux seigneurs de Castelnou. Le château a fédéré les habitants de la vallée autour de lui, formant l'embryon de village. Il était alors un peu plus au Nord, sur la colline qui surplombe l'actuel village. Le château a disparu de nos jours mais les pierres qui ont servi à sa construction furent réutilisées pour construire les maisons du village. Il reste toutefois au sommet de la colline les restes des maisons attenantes au château.

Les premiers seigneurs de Montferrer connus étaient Guillaume-Arnaud de Montferrer, évêque d'Urgell en 1092-1095. Puis on trouve Pierre de Montferrer, vivant en 1215, et enfin Arnaud de Montferrer, chanoine prêchant d'Elne en 1233-1242. Au XIIe siècle une église fut construite. De style roman, elle est de nos jours parfaitement conservée. A partir de ce moment les maisons s'agglutinèrent autour de cet église, formant le village définitif. Le chevalier Bernard de Montferrer fut seigneur du lieu. Il fonda par ailleurs un bénéfice dans l'église de Thuir en 1273. Le 1er juin 1313 le roi d'Aragon Sanche 1er confirma au seigneur de Castelnou les droits de justice sur Montferrer, ce qui prouve qu'il possédait toujours ce hameau.

D'ailleurs l'église du village a le privilège d'héberger le sarcophage de Dalmace de Castelnou, l'un de ces seigneurs, ainsi que de sa femme Béatrice et de leur fils Pierre. C'est dire l'importance de ce petit village à l'époque moyenâgeuse. La seigneurie fut héritée par Bérenger, fils de Dalmau. Celui-ci mourut en 1373 et elle fut achetée par un chevalier, Perpenya Blan. Son fils Pierre Blan en hérita lui aussi. Il eu une fille, Eléonore, qui épousa Jean de Pontos. Montferrer changea à nouveau de mains au profit de celles de la famille Pontos. Pour peu de temps, puisque leur fille Catherine la reçu en dot lors de son mariage avec Jehan III de Banyuls, qui prit le nom de Banyuls de Montferrer. Voyez à ce sujet l'Arbre généalogique de la famille de Montferrer pour plus de détails.

Les descendants des Banyuls conserveront Montferrer jusqu'au 30 décembre 1585. A cette date, Thomas 1er de Montferrer s'était tellement endetté qui du le vendre au profit de Jean Vilansosan, chirurgien à Barcelone. Mais la population de Montferrer préférait Thomas, aussi se cotisèrent-ils pour lui permettre de racheter la seigneurie au fils de Jean Vilansosa (3000 ducats), ce qui fut fait le 13 décembre 1610.

Thomas 1er exerçait un commandement militaire et civil à Huesca, c'est son fils François III qui s'occupait des terres. Or il fut harcelé par ses créanciers et dû vendre Montferrer le 12 janvier 1623 à Louise Guanter, veuve d'un notaire de Prats de Mollo. Le 8 juin 1642 Louis XIII roi de France nomme Thomas II de Montferrer (un descendant) procureur royal des comtés du Roussillon et de Cerdagne. Celui-ci en profite alors pour racheter la seigneurie de Montferrer à la famille de Guanter (juin 1649). A partir de cette date, la seigneurie n'a plus jamais changé de mains.

En avril 1675 le roi de France érige Montferrer en marquisat. (Voir le texte ci-dessous) Mais le possesseur de la seigneurie, Charles 1er de Banyuls, était en fuite en Espagne car il avait prit la tête de la conspiration de Villefranche, contre le roi de France.

Le premier marquis de Montferrer fut donc le frère de Charles, François III.


Titre d'érection de la terre de Montferrer en Marquisat

Ce document est conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Orientales sous la référence B401 F 255-260. Je vous conseille de l'imprimer, c'est un peu lourd à lire à l'écran.

Titre d'érection de la terre de Montferrer en Marquisat en faveur de Thomassine d'Ardenne, épouse de Charles de Banyuls - Avril 1675

Louis par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre, Nous présents et à venir salut Nostre chère et aimée La dame Thomassine d'Ardenne et d'Aragon épouse de Charles de Banyuls, Nous a très humblement représenté que les biens du dit Charles de Banyuls son mary, nous ayant esté acquis et confisquez par arrest de Notre Conseil Souverain de Roussillon de Juine 1674 portant condamnation à mort contre luy pour avoir esté un des chefs de la conspiration de Villefranche du dit pays dont il aurait esté atteint et convaincu.

Nous aurions par nos lettres gratuites du mois de janvier 1675 accordé et fait don à ladite dame d'Ardenne de tous et chacuns les biens meubles et immeubles, fiefs, rentes, revenus, cens, dixmes, droicts seigneuriaux et autres quelconques scituez en nostre dit pays du Roussillon qui ont appartenu au dit mary Et d'autant qu'entre les dits biens il y a une terre appelée Montferré qui est belle et d'un revenu considérable pour soutenir un titre d'honneur, la dite dame d'Ardenne et d'Aragon nous a très humblement suppliez de vouloir ériger la dite terre de Montferré en nom, tiltre et dignité de Marquisat et de luy en octroyer et faire expédier Nos lettres nécessaires, A quoy ayons ésgard et désirons pour les mesmes raisons et considérations qui nous ont meus à Luy accorder et faire don des biens de son dit mary la gratiffier Et la traiter favorablement et lui donner des marques de l'estime que nous faisons de sa personne savoir faisons que pour les causes et autres, à ce Nous mouvans et de nostre grâce spéciale pleine puissance et authorité royale, Nous avons par ces présentes signés de nostre main crée, érigé, élevé, créons érigeons et eslevons la dite terre de Montferré, ses appartenances et dépendances en nom, tiltre et dignité et prééminence de Marquisat pour en jouir pour la dame Thomasine d'Ardenne et d'Aragon et ses enfants et descendants en Loyal mariage selon l'ordre de primogéniture avec tels et semblants droits, autoritéz, prérogatives, prééminences en fait de guerre, assemblées de noblesse, et autres advantages dont jouissent et ont accoustumé de jouir et user les autres Marquis de nostre Royaume, Et comme s'ils étaient cy particulièrement exprimez sans qu'arrivant le deffaut des dits enfants masles La dite terre de Montferré (qui en ce cas retournera en sa première nature), soit subjecte à réunion à nous et a nostre Domaine non obstant les esdicts des mois de juillet 1651 et 1656 et aoust 1659 et autres ordonnances et déclarations portans réunion à Nostre Domaine des Duchez, Marquisats, Comtez et autres dignitez à deffault d'héritiers masles Et toutes loix, statuts et restrictions au contraire auquelles ensemble aus dérogatoires des dérogatoires y contenus nous avons dérogé et dérogeons pour ce regard pour ces dites présentes, attendu que sans la dite dérogation.

La dite dame d'Ardenne d'Aragon n'aurait accepté Le dit tiltre et dignité de Marquisat, Voullons et nous plaît que tant en jugement que dehors La dite dame d'Ardenne et d'Aragon et ses enfants et descendants masles se puissent dire et qualiffier Marquis de Montferré et que tous les vassaux et autres tenants et relevants de la dite terre leur fassent à l'advenir leurs hommages et baillent leurs adveus et denombrements et déclarations au dit tiltre de Marquisat sans pour ce estre obligez à d'autres plus grandes charges et debvoirs que ceux qu'ils doibvent à présent et sans aussy que la dite terre de Montferré puisse estre désunie et séparée par la dite dame d'Ardenne et d'Aragon et ses dits enfants et descendants masles pour faire que partie du dit Marquisat désuny relevast d'icelluy Marquisat, ains au dit cas de désunion voullons et entendons qu'à l'instant les choses désunies et séparées demeurent immédiatement mouvantes de seigneurs dont elles ressortent, ou elles avoient accoustumé avant la présente érection.

Voullant aussy que si Le dit Marquisat venoit à tomber és mains de quelques personnes qui fissent profession de la Religion prétendus réformée, il n'y soit fait aucun presche ny exercice public de la dite religion, à peine de nullité des présentes, Et donnons en mandement à nos amez et féaux les gens tenants nostre Conseil Souverain de Roussillon et à tous autres nos justiciers et officiers qu'il appartiendra que ces présentes nos lettres d'érection, de création et de concession Ils fassent lire, publier et registrer Et du contenu en icelles jouir et user la dite dame d'Ardenne et d'Aragon et ses enfants et descendants masles en loyal mariage pleinement paisible, et perpétuellement non obstant Les dits édicts, déclarations, ordonnances et autres choses à ce contraire auxquelles nous avons dérogé et dérogeons pour ce regard seulement par ces dites présentes et sans tirer à conséquence. Car tel est nostre plaisir Et affin que ce soit chose ferme et stable a toujours, Nous avons faict mestre nostre séel à ces dites présentes, sauf autre chose nostre droict et l'Autruy en toutes. Donné à Versailles au mois d'avril 1675 de nostre règne le trente-deuxième.

Louis     

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.43781935 N,

Longitude : 2.56717291 E

Photos

Situation et accès

Carte IGN

Evolution de la population


Années Feux Habitants
1370 58
1515 14
1732 73
1793 803
1806 883
1851 833
1901 615
1954 269
1968 215
1975 260

Etymologie

Le nom du village vient de l'expression "Mons Ferratus", le "mont de fer", en référence au Canigou dans lequel se trouvaient de nombreuses Mines de fer.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).