Pollestres




. Description      . Photos      . Histoire

Description

Le monument aux morts de Pollestres a une petite histoire. C'est la population qui l'a demandé, de façon officielle le 6 avril 1921. La municipalité s'est saisie de la demande est a fait voter au conseil municipal un budget de 4000 francs (le 15 janvier 1923, soit deux ans et demi plus tard). Mais ce n'est pas pour autant que le monument est construit. Il faudra attendre le 20 mars 1925, soit encore deux ans plus tard, pour que la construction puisse commencer. Il sera toutefois construit rapidement, à la plus grande joie des habitants, qui ont du quand même attendre plus de 4 ans leur monument aux morts municipal !

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.63959083 N,

Longitude : 2.868822964 E

Photos

Situation et accès

Carte IGN

Histoire

La commune de Pollestres s'est formée au cours des siècles sur la base de territoires de plusieurs villas romaines.

Nous trouvons une première mention de Pollestres en 878 dans le précepte de Louis II le Bègue confirmée par Charlemagne en 881 où ce lieu apparaît comme une possession de l'abbaye d'Arles. Par la suite l'église St Martin de Pollestres est citée en 974 dans une bulle du pape Benoit VI. De style roman, elle est ensuite citée en 982 où elle apparaît sous les noms de St Martin et St Génis. Pollestres était sous la tutelle du monastère St Pierre de Rodes, en Ampourdan. Elle y restera jusqu'au XIVe siècle.

Pollestres aujourd'hui

Pollestres aujourd'hui

Cette église est de style roman, construite durant le XIe siècle. Elle possédait une seule nef et une abside semi-circulaire, le voûtement étant assuré par une charpente en bois remplacée par une voûte en berceau dont la construction a entraîné le renforcement des murs gouttereaux par des grands arcs de soutien.

Durant le XVe siècle, peut-être le XVIe, deux chapelles latérales ont été rajouté. Vastes et disposées près du chœur, elle transforme le plan basilical en croix. Le village fut fortifié durant les XIIe et XIIIe siècle. Rappelons nous qu'en 1258 le traité de Corbeil fixe la frontière entre le royaume de France et d'Aragon, et qu'à cette occasion bon nombre de places fortes furent renforcées. Les simples villages, eux, ont parfois pu se doter de remparts, remparts dont Pollestres conserve quelques traces de nos jours.

Etymologie

Conformément au blason de la ville, le mot Pollestres est un dérivé du mot "coq" qui se dit "Pollastre" en catalan. J'avoue toutefois avoir un gros doute... L'explication est trop simple pour être vraie, mais en l'absence d'une explication plus plausible, je laisse celle-ci.

Héraldique

Description du blason de Pollestres

Expression héraldique

d'or au coq de gueules, tenant dans son bec une tige de lierre de sinople.

Description

Le blason de Pollestres est plutôt simple. Voyons ensemble comment il s'exprime. Il faut tout d'abord savoir que la description d'un blason qui n'est pas scindé commence toujours par sa couleur. C'est ce qui est fait ici avec les mot "d'or...", qui désigne un blason jaune. Le coq est "de gueules", (à savoir : rouge), et la tige de lierre est de "sinople", soit verte. Voilà, c'est tout.

Explications

Le blason de la ville de Pollestres est assez simple. Il s'agit d'une arme parlante, c'est à dire que sa représentation donne directement le nom de la ville : en catalan, "coq" se dit "pollastre", d'où est dérivé le nom de Pollestres. Un tel jeu de mot est courant pour les représentations armoriées, il n'y a pas forcément de rapport entre l'élément dessiné et l'origine du nom de la ville, seul le rapprochement phonétique compte.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).