Port-Vendres


. Photos      . Patrimoine      . Histoire      . Cartes Postales

Histoire

Port-Vendres a une histoire très ancienne. Fondée par les phéniciens durant le VIe siècle avant JC, il s'agissait d'un port de commerce reliant le monde occidental au monde oriental, en l'occurrence le seul du Roussillon. La situation géographique de la ville, dans les Pyrénées, ne lui permit pas de survivre longtemps et elle disparut peu à peu sans toutefois s'éteindre, puisqu'en 1272 on retrouve dans le testament de Jacques le conquérant une mention de la ville de "Port-Vendre de Coplioure", qui indique que Port-Vendres et Collioure était une seule ville. Puis la séparation s'est faite naturellement, tout simplement parce que les villes étaient géographiquement séparées.

En 1599, on retrouve Port-Vendres particulièrement dégradée, ce qui a engendré des travaux durant le XVIIIe siècle. En 1700, devant la nécessité d'abriter de nombreux bateaux de guerre, il a été décidé de creuser un nouveau port de galères, mais après les nombreuses difficultés auxquelles se sont retrouvés confrontés ingénieurs et terrassiers, ce port a été abandonné en l'état en 1709 avant d'être repris en 1772 pour finir sa construction.

La commune de Port-Vendres a été créée officiellement en 1823 à partir de territoires des communes de Collioure et de Banyuls-sur-mer. A la fin du XIXe siècle fut construit sur l'éperon rocheux au nord de Port-Vendres le fort Béar. Dans le même temps on compléta la défense de la côte par les batteries côtières de la Mauresque et du cap Oullestrell. Ces deux batteries ont des plans de 1846 et sont les ultimes représentantes, avec leurs mâchicoulis, des fortifications d’inspiration médiévale. Les dernières fortifications de Collioure datent de 1871, juste après la guerre. On réalisa des routes stratégiques contrôlant l’arrière pays, sur la fortification de la crête Madeloc, avec les batteries de la Galline, des 500 et de Taillefer, ainsi que la construction du fort Béar de Port-Vendres, au-dessus de cap du même nom.


Guerre de 39-45

Port-Vendres failli subir de gros dégâts en 1944. Vers la fin de la guerre les allemands, qui avaient pris position sur la côte rocheuse, préparaient une éventuelle retraite. La population pensait de plus en plus fortement qu'un débarquement aurait lieu sur nos côtes, du moins des rumeurs circulaient.

Le 19 août 1944 les allemands fuient la région. Ne voulant pas abandonner des armes derrière eux, ils firent sauter leurs entrepôts de munitions et d'armes. D'ailleurs le couvent des carmes, à Perpignan, perdit son toit sur un tel évènement. A Port-Vendres, ce sont les mines marines qui présentaient le plus gros danger, elles avaient été disposé en prévision de cet éventuel débarquement allié. A 8h du matin, ce jour du 19 août 1944, après avoir évacués les derniers habitants, les allemands mirent à feu ces mines. Les ouvrages fortifiés sautèrent les uns après les autres, puis à partir de 14h ce fut le tour du quai Oly et de la gare maritime. Les caboteurs furent coulés, les cuves de mazout explosèrent, ce qui provoqua un gigantesque écran de fumée et permis aux allemands d'accélérer leur retraite.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.5182088 N,

Longitude : 3.105664156 E

Photos

Patrimoine

Port-Vendres possède plusieurs bâtiments ou monuments célèbres : L'obélisque, un ensemble architectural du XVIIIe siècle construit par l'architecte Charles de Wailly, exactement commencé le 28 septembre 1780. Il est dédié au roi Louis XVI. Son socle est orné de bas reliefs représentant les hauts faits de ce roi : l'abolition de l'esclavage, l'indépendance de l'Amérique et le développement du commerce maritime.

L'hôtel Pams, l'actuelle mairie, date du XIXe siècle. L'église paroissiale Notre Dame de Bonne Nouvelle fut consacrée en 1888. Son extérieur est de style romano byzantin et sa nef néo-gothique. Elle contient des ex-votos et des statues des XVe et XVIe siècle. Le sémaphore de Port-Vendres fut fermé le 14 avril 1814, puis rétabli après sa modernisation en 1895 en tant qu'observatoire météorologique. Il assurait la sécurité de la navigation durant le XIXe siècle. Le monument aux morts est également une pièce intéressante dans la mesure où il a été fait par Aristide Maillols.

Citons aussi le monument Sidi Ferruch, élevé à l'occasion du centenaire de la présence française en Algérie (1830-1930) et ramené en France en 1962, qui se trouve dans la cour de la redoute Béar. Cette redoute fut construite au XIXe siècle, mais Port-Vendres possède sur son territoire une autre redoute, celle du Fanal. Les deux sont inscrites aux monuments historiques. Militairement Port-Vendres possède aussi sur son territoire le fort de la Mauresque, une batterie de 500 et le fort de la Galline (Fin XIXe siècle).

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

Le nom de la ville vient de Portus Veneris, le Port de Vénus. Cette référence antique se trouve d'ailleurs sur le blason de la ville.

Héraldique

Description du blason de Port-Vendres

Expression héraldique

d'azur à la galère antique d' or habillée d' argent, en pointe, surmontée de trois tours mal ordonnées aussi d'or, maçonnées de sable, ouvertes et ajourées du champ.

Description

Le blason de Port-Vendres est original par sa composition, mais il n'est pas si compliqué que ça. Voyons sa description en détail en expliquant les différents termes utilisés. Tout d'abord il est important de savoir qu'un blason, si il n'est pas scindé en plusieurs parties, commence toujours par sa couleur. Ici, c'est "d'azur", (nom donné au bleu) La galère représentée est "d'or" (jaune) "habillé d'argent" (à la voile blanche) et elle est "en pointe", c'est à dire à la pointe du blason, en bas. Les trois tours "surmontent" (sont au-dessus), elles sont "mal ordonnées" (c'est les mots pour indiquées qu'elles ne sont pas alignées), et elles sont "aussi d'or" (aussi en jaune). De plus elles sont "maçonnées" (on distingue les joints entre les pierres) de "sable" (de couleur noire), "ouvertes" (dont on distingue la porte), "ajourées" (dont on distingue les fenêtres) "du champ" : Fait référence à la couleur de la porte et des fenêtres, c'est à dire à la couleur du fond du blason, ici le bleu.

Explications

Le blason de Port-Vendres rappelle la vocation maritime de la ville avec l'apposition d'un voilier. L'aspect antique du navire indique une fondation de la même époque. Les trois tours sont une référence à la Madeloc

Cartes postales

1

1

1

1

1

1

Trois cartes postales disponibles



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).