Prats-de-Mollo


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Cartes Postales

Description

Prats-de-Mollo est une ville qui m'a beaucoup plu lorsque je l'ai découvert. Au fond d'une vallée verdoyante à plus de 700 m d'altitude, l'air y est sain et les conditions de vie sont de mêmes. L'accueil est plutôt sympathique de la part des habitants. Le village lui même est correctement entretenu, avec un centre ville petit mais complet, et surtout un patrimoine historique important en bon état de conservation. Le château Lagarde en est un exemple, il se visite.

Prats de Mollo aujourd'hui

Prats de Mollo aujourd'hui

Mais il y a bien d'autres choses à voir à Prats-de-Mollo, à commencer par la ville elle-même. Elle est enserrée dans les fortifications que l'on peut visiter à pieds. Tout à fait comparables à celle de Villefranche-de-Conflent, elles sont gratuites. La municipalité a même créé un parcours qui mène de galeries en chemins de ronde. L'église comprend des fonds baptismaux magnifiques, derrière une grille majestueuse. Ne manquez pas la visite de l'annexe, dont l'accès se fait par l'intérieur de l'église, et qui permet de voir une vierge en bois datant du XIIe siècle ainsi que de nombreuses autres sculptures.

Côté évènement, sans aucun doute, il faut assister à la fête de l'ours lorsqu'on est à Prats-de-Mollo. Elle a lieu en février. Cette fête est commune à plusieurs villages du Vallespir.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.4039879 N,

Longitude : 2.478841552 E

Photos

Situation et accès

Prats-de-Mollo est situé tout au bout de la vallée du Tech, en plein Haut-Vallespir. A vol d'oiseau on est à 50 kilomètres de Perpignan, mais la route est plutôt sinueuse. Il faut un bon moment pour y monter. Au départ de Perpignan, il faut prendre la départementale 900 en direction du Perthus. Au Boulou, bifurquez sur "Arles-sur-Tech" ou "Prats-de-Mollo". La route serpente dans la vallée, traverse quelques villes et villages et arrive finalement à Prats, le bout de la vallée. A noter que la route continue, elle monte au col d'Ares et passe en Espagne vers la ville de Mollo.

Une fois sur place, il n'y a guère le choix, c'est la seule route, sauf si on considère la possibilité de poursuivre un peu plus loin vers La Preste, un hameau de Prats.

Carte IGN

Histoire

La création de Prats de Mollo s'est déroulée autour de son ancienne église, commencée en 982, mais le première mention écrite date de 1036 sous l'appellation de "Villa Pratis". Cette église fut détruite en 1245, aussitôt remplacée. Au XIIIe siècle la ville avait un curieux urbanisme. Elle était séparée en deux par le Tech (rivière locale), chacune des deux parties remontant les flancs de la vallée (côté Nord et Sud) Sur la partie Nord s'étendait la ville proprement dite avec sa population laborieuse tandis qu'en face se trouvait le château avec les quelques familles dirigeantes. Ce château servait de résidence aux comtes de Besalu.

Le premier battle apparaît en 1283, marquant le début de la soumission des habitants à leur seigneur. Par la suite, les habitants obtiennent certains privilèges en 1292, accordés par le roi lui-même. Durant le XIVe siècle les habitants construisirent une enceinte fortifiée pour se garder des attaques, mais les remparts furent en partie détruits par un tremblement de terre en 1429.

En 1661 Louis XIV eu le courage de rétablir la gabelle, impôt supprimé depuis 1292. Les habitants se révoltèrent et s'ensuivit deux vagues d'attaque des troupes royales pour rétablir l'ordre. Cet épisode est resté marqué dans l'histoire du Roussillon sous le nom de "Révolte des Angelets". Pour contrôler le Vallespir Louis XIV décida en 1674 la construction du Fort Lagarde, qui se déroula de 1680 à 1682.

Trois tours gardaient le fond de la vallée. Elles s'appelaient :

  • Tour de la Guardia (cette tour fut entouré au XVIIe siècle par le fort Lagarde)
  • Tour de Mir
  • Tour de Cos (Tour se trouvant entre Le Tech et Montferrer)

Tout au fond de la vallée, le système défensif était renforcé d'un château nommé Saint Jean de Pérella et qui datait du IXe siècle. C'est le propriétaire du fief qui lui a donné son nom. Les habitants de Prats vivaient peu en autarcie à l'inverse des populations d'autres villages. Ils s'étaient fait une spécialité de la confection de draps, un peu comme à Perpignan.


La Retirada

Retirada signifie "Retraite" en Espagnol, ce terme désigne la fuite des républicains espagnols devant l'avancée des troupes du dictateur Franco. Durant l'hiver 1939 c'est une foule immense qui traversa la frontière, cherchant un accueil que la France n'était guerre disposée à donner tel quel. Les autorités françaises furent prises de court et très vite débordées par l'ampleur du phénomène. Les petites villes frontalières virent passer des flots continus de réfugiés sans savoir vraiment que faire.

La gestion de l'afflux s'est plutôt mal passée dans la région. Les autorités françaises ouvrirent en urgence des camps de regroupement où ils furent parqués. Ces camps furent montés rapidement, dotés d'un encadrement militaire, les conditions d'hygiène y étaient déplorables. Nombreux furent ceux qui moururent, et pour notre région cet épisode de l'histoire locale reste une plaie béante. Les principaux camps se trouvaient à Prats de Mollo, sur la plage d'Argelès sur mer et au Camp Joffre. Voyez le dossier sur la Retirada pour plus de détails.

Etymologie

Il faut tout d'abord savoir que de l'autre côté du col d'Ares se trouve la ville espagnole de Mollo. Mais à l'époque où s'est monté Prats-de-Mollo, au début du IIe millénaire, il n'y avait pas de notion d'Etat ni de nation. Les paysans de Mollo faisaient paître leurs bêtes dans différentes estives, et l'une d'elle était de l'autre côté du col, sur le territoire actuel de Prats-de-Mollo. Ce lieu a donc tout naturellement été baptisé "Les prés de Mollo", en catalan "Prats de Mollo".

Héraldique

Description du blason de Prats-de-Mollo

Expression héraldique

d'or aux quatre pals de gueules, aux Saintes Juste et Rufine de carnation, nimbées d'or, vêtues d' argent et de gueules, chacune dans sa niche d' azur, tenant de leur main externe une palme d'or et de l'autre un même chevalet aussi d'or, et soutenues d'un pré de sinople mouvant de la pointe, chargé de deux brebis affrontées et paissantes d'argent.

Description

Prats-de-Mollo est une ville au blason complexe. Son expression héraldique s'en ressent, elle est longue et utilise quelques termes héraldiques à connaître. Analysons-là pour mieux la comprendre.

Tout d'abord il faut savoir qu'un blason qui n'est pas scindé, comme c'est le cas ici, commence toujours par sa couleur. Ici, il est qualifié "d'or...", nom que l'on donne au jaune. Les 4 "pals de gueules" sont 4 "bandes verticales" "rouges". Le mot "carnation" indique que les Saints sont montrés dans leurs attributs, pas comme de simples mortels. Elles sont "nimbées d'or" (elles ont une auréole jaune sur la tête), vêtues "d'argent" et de "gueules" (blanc et rouge). Les niches sont dite "d'azur", soit "bleues". Le mot "soutenues" indique que les Saintes sont positionnées au-dessus de ce qui suit. Le pré de "sinople" (vert) est "mouvant de la pointe", c'est à dire qu'il semble sortir de la pointe du blason (ce qui n'est pas représenté sur le dessin, ci-dessus), il est "chargé" (il contient) deux brebis "affrontées" (qui se font face). "L'argent", en fin de description, indique que les brebis sont blanches.

Explications

Le blason de Prats-de-Mollo nous montre les Saintes patronnes de la ville avec une représentation typiquement locale, l'élevage. Il y a aussi le drapeau catalan, preuve de l'attachement de la ville à cette région.

Cartes postales

1

1

Une seule carte postale disponible



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).