Puyvalador


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire      . Population      . Cartes Postales

Description

Puyvalador est un village plutôt petit, à la fois en nombre d'habitants et taille. Il est concentré autour de plusieurs petites rues, dont une principale le traversant de part en part. Cette dernière commence à l'église, qui est curieusement en périphérie alors qu'habituellement elle est au centre. Les rues sont larges et comme les maisons ne sont pas très hautes, le visiteur a une impression d'espace autour de lui. Cette impression est corroborée par le fait que certaines maisons ont des jardins, et qu'elles ne sont pas toutes accolées. L'été, les rues sont égayées par de nombreux bacs fleuris, mais il faut bien avouer que le village n'a pas les moyens de faire plus pour l'embellir. Mais la campagne environnante est magnifique, elle est beaucoup faite de champs, entretenus pour les fourrages. Il y a de nombreuses pistes menant soit aux massifs forestiers environnants, soit aux villages et hameaux voisins.

Puyvalador aujourd'hui

Puyvalador aujourd'hui

L'été, la chaleur peut être étouffante dans la plaine. L'hiver par contre, le froid est saisissant, surtout quand le Carcanet, ce vent du Nord, souffle. Il faut noter que la station de ski de Puyvalador, hélas peu fréquentée en raison de son éloignement, est assez loin du village, et surtout sur l'autre versant du Capcir. Du coup, les skieurs ne passent jamais par le village avant d'aller sur les pistes, au contraire d'autres villages comme Formiguères ou Les Angles. A noter aussi la présence du hameau de Riutort, dépendant de Puyvalador. Il ressemble beaucoup au village lui-même.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.64671616 N,

Longitude : 2.120444767 E

Photos

Situation et accès

Puyvalador est une petite ville tout au Nord du département des Pyrénées-Orientales, dans le Capcir. Le Capcir, c'est la vallée de l'Aude, qui prend naissance du côté de Mont-Louis et part vers le Nord. Elle est un peu au-dessus de Formiguères. Pour y aller, au départ de Perpignan, il faut prendre la route de l'Andorre jusqu'à Mont-Louis (comptez une heure et demi), puis tourner dans la direction de La Llagonne / Les Angles. La départementale monte au col de la Quillane et redescend dans le Capcir, en longeant Matemale, puis en traversant Formmiguères. De Mont-Louis, il faut une bonne demi-heure de plus. Une fois arrivé à destination, la route se poursuit plus loin en direction de l'Aude, mais vous pouvez aussi bifurquer vers Fontrabiouse, plus à l'Ouest.

Carte IGN

Histoire

La vallée de l'Aude jusqu'au XIIe siècle

A quelques exceptions près, le Capcir ne nous a pas laissé de traces d'une activité humaine antérieure à la conquête carolingienne (811). Celle-ci apparu dans la vallée de l'Aude en 833, année de la construction de la première église, celle de Formiguères. Charlemagne et ces descendants instaurèrent le système féodal. La vallée de l'Aude fut une possession du comte de Razès, et le restera jusqu'en 877, au moment où il sera récupéré par le comte de Cerdagne, liant la vallée à la Catalogne et pas au Languedoc.

Vers la fin du IXe siècle, l'abbaye de St Jacques de Jocou, en Razès, influença le comte pour qu'il fasse créer des églises en Capcir. L'idée était de fédérer les populations montagnardes autour des édifices religieux. C'est ainsi que furent créés la plupart des villages et hameaux que l'on connaît aujourd'hui, mais Puyvalador n'existait pourtant toujours pas.


Fondation de Puyvalador

C'est en 1195 que le village fut fondé par le comte de Cerdagne. Le but était de couvrir le col d'Arès en y construisant un château à vocation défensive, le Mont-Royal, nom qu'il conserva jusqu'au XIIIe siècle où il prit celui Puig-Valados, qui par transformation se mua en Puyvalador. Désireux d'attirer sur ce mamelon rocheux une nouvelle population, le comte donne une "carta de poblacio" cette année là. Un tel titre donnait des privilèges aux habitants, assurant ainsi son peuplement comme ce fut le cas pour pour Villefranche quelques décennies auparavant.

Le premier châtelain (Castlà) fut Pons de Lillet (1er chatellain). Le château protégeait le village lui même fortifiée. Il faut savoir que jusqu'en 1260 Puyvalador était le seul village fortifié du Capcir, le château de Formiguères et des Angles ne couvrant pas les maisons. Voici la succession des châtelains de Puyvalador.

  • 1195 : Pons de Lillet
  • 1240 : Guillem de so
  • 1265 : Bernat Squillat
  • 1345 : Domenec de Puig-Molta
  • 1347 : Arnaut de St Marsal
  • vers 1360 : Pere de Guardia
  • vers 1363 : Guillem de sexa
  • 1374 : Anton Paschal, lieutenant de Sexa
  • 1387 : Pons de Gurb
  • 1393 : Bernat d'Oms, puis Pere Oltzina.
  • 1413 : Guillem d'Altzina, fils de Pere
  • 1424 : Francesc Fahena, neveu de Guillem
  • 1432-1462 : Joan-pere Fahena
  • 1463 : Arnaud de Miglos, sénéchal de Carcassonne, est nommé par le roi de France Louis XI
  • 1473 : Damien Dascattlar

Les châtelains de Puyvalador

En 1265 le roi confia son château à Bernat Squillat, fils d'Arnau, notaire à Villefranche. Ce personnage dû avoir la faveur du roi car il acheta la même année tout le territoire de Puigvalador, ainsi que la dîme de Fontrabiouse. Auparavant, Puigvalador était une propriété conjointe du chevalier Ramon Thoès et des frères Ramon et Arnau de Fabiano. Nouveau maître de la haute vallée du Capcir, Bernat Squillat devint par la suite batlle de Puigcerda et viguier de Cerdagne.

En 1303 eu lieu le renouvèlement par Jacques II de Majorque de la charte octroyé par son père aux habitants de Puyvalador. Le châtelain devenait sous-viguier du Capcir avec les mêmes pouvoirs que celui de Villefranche. Puyvalador devenait ainsi le centre économique et politique du Capcir, devançant Formiguères qui tenait jusque là le haut du pavé. Après la fin du royaume de Majorque, le nouveau maître du Capcir le roi Pierre IV d'Aragon fit faire un inventaire des châteaux en sa possession. Il eu lieu en 1349 et l'on vit que le château de Puyvalador avait pour armement :

  • 30 arbalètes de 2 pieds, dégarnies pour la plupart,
  • 2 manivelles qui ne valaient rien,
  • 1 palan qui ne vaut rien,
  • 4 arbalètes d'étriers neuves,
  • 3180 flèches d'arbalètes d'étrier dans 4 caisses,
  • 4 cuirasse dégarnies qui ne valent rien,
  • 5 heaumes en fer dont 2 cassés,
  • 2 vieux gorgerins.

Ce château était le seul du Capcir à but vraiment défensif, il était plus grand que celui de Formiguères et il était plutôt grand. Parmi les travaux à faire, il est cité qu'il faut refaire le toit d'ardoises du magasin, réparer la grande salle dont le bois est pourri, réparer les murs "en beaucoup d'endroits dedans et dehors", refaire les murs de la maison ou se trouve habituellement le four à coté de la grande tour et la faire recouvrir, etc.

La châtellenie de Puyvalador s'étendait au XIVe siècle sur Espousouille, Galba, Villeneuve, Real, Odeillo de Réal, Caramat et bien sûr Puyvalador. En 1358 le même roi Pierre IV confirme les privilèges octroyé par la charte de 1195 et perçoit 100 florins à ce propos. En 1373, suit à l'inventaire de 1349 le château se fait livrer en armes et munitions. Puis à partir de 1393 on constate que les châtelains ne sont plus nommés mais la charge devient héréditaire. Enfin en 1410 quelques gros travaux sont entrepris afin de le remettre en état de soutenir un siège.

Après l'occupation française (1473-1493) le roi nomma à nouveau les châtelains de Puyvalador , alors que la charge était héréditaire auparavant. Ainsi furent nommés Pierre Lazaro, puis en 1507 son fils Denis Lazaro et enfin les seigneurs suivants :

  • 1515 : Pierre de Castro
  • 1519 : Fortunyo de Terrenos, le lieutenant de Pierre de Castro
  • 1556 : Son fils Jean de Terrenos
  • 1565 : Son fils Jacques de Terrenos
  • 1599 : Dalmau Descallar (un cousin de la branche de Villefranche)
  • ? : Jacint Descallar, son fils
  • ? : Emmanuel Descallar, son fils. Il prit dans la conspiration de Villefranche et fut exécuté en 1674
  • 1643 : Pierre Texidor
  • 1654 : Christofol Descallar

Cet année là les espagnols reprirent le Capcir. Le château, usée, fut définitivement détruit le dernier chatellain, Christofol Descallar, se retira sur ses terres de Gorguja, près de Llivia. Par la suite les ruines du château et le village restèrent en possession du roi de France jusqu'à la révolution.

Evolution de la population


Peu de données sont disponibles pour Puyvalador durant le Moyen-Age. Sachant qu'un feu fait 5 à 7 personnes, on estime que la population du village tournait autour de 80 personnes.


Années Feux
1359 13
1515 12

Cartes postales

1

1

Une seule carte postale disponible



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).