Souanyas




. Description      . Photos      . Situation et accès      . Histoire

Description

Que dire de Souanyas ? Qu'il est petit ? C'est peu de le dire, tellement ce village n'est constitué que de quelques maisons autour d'une rue minuscule. D'un bout à l'autre, il ne doit pas faire plus de 100m, pour une cinquantaine de large. En nombre d'habitants ? Le chiffre est vraiment bas. Que peut-on trouver à Souanyas ? Une église, très jolie. L'appareillage est bien fait, elle est bien proportionnée, ce qui n'est pas si étonnant que ça quand on sait qu'elle a remplacé une église romane plus ancienne durant le XIIIe siècle, soit suffisamment tard pour que les bâtisseurs maitrisent les techniques de construction. Juste à ses pieds il y a un cimetière plutôt mignon. De l'autre côté du village il y a la mairie, un bâtiment plutôt moderne bien intégré dans l'environnement. Le personnel est particulièrement sympathique, et il y a aussi un gîte.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.54982938 N,

Longitude : 2.279255562 E

Photos

Situation et accès

Souanyas est un très petit village du Conflent. Il est situé à hauteur d'Olette, sur la rive droite de la Têt. Pour se rendre sur place, il faut prendre la Nationale 116 en direction de l'Andorre et bifurquer après Olette en direction de Nyer/Souanyas. Ensuite, il suffit de suivre les panneaux, vous serez presque arrivé. Comptez une bonne heure au départ de Perpignan.

Carte IGN

Histoire

Sounayas n'a pas de vestiges de la lointaine période préhistorique. Nul doute qu'ils aient vécus dans les collines du Conflent, qui étaient pour eux idéales (boisées, proches de la plaine, douces au climat), mais on n'en a pas de traces. Quelques autres communes des environs possèdent, en guise de preuve, des dolmens ou menhirs, bien que l'érection des mégalithes soient apparue assez tardivement (-2200).

Par la suite, ni les celtes (-500), ni les romains (-121), ni les wisigoths (412) n'ont laissé de traces sur le territoire de Souanyas. Après l'Invasion sarrasine de 735 et le dépeuplement du Roussillon, c'est Charlemagne qui parvient à prendre cette région (811) et qui la pacifie. Commence alors l'ère chrétienne, et avec elle la multiplication des églises rurales. C'est ainsi qu'apparu le village tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Situé au dessus d'Olette, Souanyas a été habité dès le XIe siècle par quelques pionniers intrépides venus peupler ce coin de la région. Une première chapelle fut construite. On ignore la date de la construction, mais on sait qu'elle a été consacré entre 1064 et 1087 par Raymond, évêque d'Elne. Elle a été remplacé par une autre église, plus spacieuse, au XIIIe siècle.

On peut facilement imaginer que les habitants, face aux dangers que représentait l'isolement, s'étaient entre temps réunis autour de la chapelle, formant le début du village. Le vicomte d'Evol, partisan du roi de Majorque, fit construire à Souanyas un château à proximité de l'église aux alentours de 1340 pour résister aux attaques du roi d'Aragon. Ce fut alors le véritable point de départ de ce village qui bénéficia des protections du château. Le capbreu de 1547 indique qu'il y avait 2 chefs de famille à Soanyes et 8 autres aux barris, le nouveau village. Les censives étaient de 220 sols et une obole pour Souanyas, et 106 sols 3 deniers pour Marians. Les reconnaissances de ces censives furent faites en présence de Janot Gorch, procureur de l'abbé de St Michel de Cuxa depuis le 26 mai 1544.

Au XVIIe siècle la dîme de Souanyas était répartie à égalité entre l'archidiacre du Conflent, le prévôt de Fillols et le curé de Nyer.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).