St Laurent de la Salanque




. Photos      . Patrimoine      . Histoire      . Cartes Postales

Histoire

La Salanque est une terre riche, au sens où le sol permet la culture maraîchère ou fruitière. Ca veut dire aussi qu'elle est impropre à la conservation de vestiges préhistoriques, et c'est la raison pour laquelle on ignore tout de cette lointaine période dans la région. Vers -500 les celtes envahirent le Roussillon, ils en seront délogés par les romains en -128, eux-même perdant leur territoire en 412 par les wisigoths, qui occupèrent la région. En 735, les wisigoths furent anéantis par les sarrasins, venus du Maghreb, qui conserveront le territoire du Roussillon jusqu'à la reconquête franque en 811. C'est à partir de cette date que commence l'époque médiévale, avec le découpage en comté.

Dès la reconquête, des églises furent bâties un peu partout dans la région pour attirer les populations venues du Nord de la France, et sans que nous en soyons sûr c'est très probablement ainsi qu'apparu St Laurent. Il faut savoir qu'à cette époque la plupart de la plaine du Roussillon n'était que des lagunes et des petits deltas, rendant l'habitat complexe à construire et difficile à vivre.

Les premières habitations de St Laurent apparaissent vers le IXe ou Xe siècle, elles ont été construites autour d'une ancienne abbaye dédiée à St Laurent et bâtie en 850. Cette abbaye était située sur l'actuelle place de la Concorde, au débouché de l'avenue Arago. Il est probablement que ait été établie par des moines bénédictins fuyant l'invasion sarrasine. Il faut attendre 968 pour trouver une trace écrite dans un document identifiant St Laurent. Le village est nommé Villa S. Laurentii, il est situé à l'embouchure de "La Gly". Le village initial s'est formé autour de la chapelle, on a une trace d'une maison fortifiée en 1100 sur la partie haute de St Laurent, autour d'un puits au lieu dit "Al pou de la villa". La population était toutefois réparti dans des baraques de sanils, dans les étangs. Il faut savoir que les habitants, vivant en bord de mer, se nourrissaient des produits de la pêche.

Aux alentours de l'an mil, apparaît une nouvelle caste, les seigneurs. Le système féodal tel que nous le connaissons se met en place rapidement, et la paroisse de St Laurent devient une possession du seigneur local, dont hélas nous ne connaissons rien des premiers temps. La première apparition du seigneur date de 1193, année de la mort de "Raymond de St Laurent". La seigneurie de St Laurent fut cédée à Alphonse d'Aragon, qui la rattacha à la couronne en 1204 et en fit donc un domaine royal. Le 2 février 1213 les habitants de Saint Laurent sont affranchis par Pierre II d'Aragon, ce qui constitue une date importante pour eux. Mais c'était quand même un évènement fréquent, le XIIIe siècle a été riche d'affranchissements. Il faut signaler que St Laurent était un domaine royal, et comme les 5 autres villes royales du Roussillon le successeur de Pierre II, Jacques 1er le Conquérant, fit faire un recensement des propriétaires du village. Ce document, nommé Capbreus, est le plus ancien texte de recensement cadastral jamais écrit en Roussillon.

En 1369, Pierre IV fait élever les digues de la rivière de l'Agly (La Motte), complétant le dispositif mis en place des années plus tôt par les templiers et qui avait pour but d'écrêter les crues de cette rivière. Puis en 1495-1496, Don Enriquès bat les français autour d'un château de bois construit sur le Grau, et il fait prisonnier le gouverneur de Leucate.

On trouve une trace de la seigneurie de St Laurent de la Salanque à la fin du XVe siècle. En effet, Bérenger VI d'Oms, membre de la très puissante famille d'Oms, a le titre de seigneur de Claira et de St Laurent de la Salanque alors que ses prédécesseurs ne l'ont pas.

La seigneurie restera à la famille jusqu'en 1682, année où le procès intenté 250 ans plus tôt par le roi voit son aboutissement : la Famille d'Oms est condamnée à rendre au roi les terres acquises, y compris St Laurent. En 1692, construction du premier pont en bois sur l'Agly. C'est également durant le XVIIe siècle que fut construit la nouvelle église sur les bases de l'ancienne église romane, celle qui est de nos jours la paroisse de St Laurent. Elle possède un orgue de Théodore Puget, installé en 1873.

Jusqu'en 1930, Saint Laurent de la Salanque et Le Barcarès ne formaient qu'une seule et même commune, ce dernier étant un hameau.


Liste des maires de st Laurent de la Salanque

Périodes Maires
1790-1791 Malpas Sébastien
1791 Tine Jean
1791-1793 Canal Jacques
1793-1795 Riu Joseph
1795-1800 Malpas Andreu
1800-1802 Guiter-Reynalt Jean
1803-1814 Sanyas Pierre
1814-1820 Guiter André
1821-1827 Sanyas Pierre
1828-1829 Riu Prosper
1829-1831 Joué-Guiter Honoré
1831-1832 Bonnet Laurent
1833-1834 Artès François
1835-1840 Riu Raymond
1841-1845 Bonet Laurent
1846-1848 Mourat Eugène
1849-1851 Bonet Laurent
1852-1854 Sanyas Antoine
1855-1859 Reynès Pierre
1860-1865 Besombes Jules
1866-1877 Mourat Eugène
1878-1879 Bonet Etienne
1880-1891 Canal Nicolas
1892-1893 Parpère Antoine
1894-1895 Henric Vincent
1896-1897 Parazols Joseph
1897-1900 Manya Henri
1901-1910 Canal Antoine
1911-1918 Mourat-Astor Eugène
1919-1924 Combacal Raymond
1925-1934 Joué-Delmas Augustin
1934-1940 Vidal-Barragué Laurent
1941-1944 Canal Benjamin
1944-1945 Berthomieu Théodore
1945-1952 Vidal-Barragué Laurent
1953-1982 Cadène Amédée
1983-2002 Marquès René
Depuis 2002 Sire Fernand

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.77167873 N,

Longitude : 2.992628543 E

Photos

Patrimoine

Le patrimoine de st Laurent est constitué principalement de son église. Bien évidemment dédiée à St Laurent, elle est d'origine romane, complétée de 1775 à 1860. Son mobilier se compose du retable du maître-autel (XVIIIe et XIXe siècle), du retable de la Ste Trinité (XVIIIe), de panneaux peints du XVIIIe, de toiles des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle, d'un ex-voto marin de 1848 ainsi que de plusieurs statues du XVIIIe : St Gaudérique et de la Vierge des Sept-Douleurs, deux Christ des XVIIe et XVIIIe, un bénitier du XVIIe.

Dans le village se trouve une croix en fonte, dite des "Impropères" (XIXe), avec des instruments de la Passion.

Signalons sur le territoire de St Laurent une curiosité industrielle, la base d'essai d'hydravions de l'entreprise Latécoère, construite dans les années 30 et aujourd'hui à l'abandon.


Béranger de Pallol

Béranger de Pallol était un poète et un troubadour du XIIIe siècle. Il a donné son nom à un hameau de la ville.

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

St Laurent est le Saint protecteur de la ville. La Salanque, c'est la région au centre de laquelle se trouve la ville.

Héraldique

Description du blason de St Laurent de la Salanque

Expression héraldique

de gueules au grill de Saint Laurent d' or en pal, le manche en pointe tenu par une main de carnation parée d'argent.

Description

La description héraldique telle qu'elle est exprimée ci-dessus ne correspond pas au dessin du blason réel actuellement utilisé par la mairie. Si c'était le cas, il serait tout rouge, avec la grille jaune, le manche orienté vers le bas, manche tenu par une main blanche.

Explications

Le blason de St Laurent de la Salanque est en deux parties. D'une part un bateau rappelle le passé maritime de la ville, sur fond bleu, d'autre part le grill évoque le martyr de St Laurent, sur fond rouge. Si vous suivez bien l'expression héraldique, vous constaterez que sa description ne correspond pas à ce blason, il n'y ai pas fait mention de barque catalane ni de couleur bleu. En fait, je suppose que ma description héraldique est fausse, vu que le blason, lui, se trouve un peu partout en ville.

Cartes postales

1

1

2

2

3

3

4

4

5

5



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).