Talau




. Photos      . Situation et accès      . Histoire

Histoire

La Vall del Feu était une possession de l'abbaye de St Michel de Cuxa. Les toutes premières chartes indiquent les lieux de Joval ou Touegal (Tuevol), Villa Talatio (874), Talacho (876). Celle de 985 précise Mazunculas, Talazo (Talau), Ocenias et l'église St Etienne. Celle de 1102 indique Planos (Planès), Caprilios (Cabrils), Tovegal et l'église St Adrien.

La chapelle de Talau est mentionnée dès 968 dans un acte du pape Jean XIII. Elle est dédiée à St Etienne. La chapelle a une structure classique de l'art roman catalan. Elle a une minuscule nef de 10m par 5, voûtée en berceau brisée, le tout terminée par un abside semi-circulaire. La chapelle côté Nord a été ajouté ultérieurement. Cette chapelle date probablement de la fin du XIIe siècle, elle a donc remplacé la chapelle initiale de 968.

Celle des Plans est dédiée à St Michel, elle fut construite un peu plus tard, durant le XIe siècle. Modifié au XIIIe siècle, elle a une nef unique dont la voûte est cachée par une charpente en bois. Elle a une abside semi-circulaire et un tout petit clocher mur sur la façade occidentale. Les paroisses de Talau et des Plans ont été fusionné avant 1402.

La vall de feu

En 1420 le procureur royal reconnu à l'abbé de St Michel de Cuxa la propriété de la forêt de la Vall del Feu qui confronte le pasquier de Conflent. Les habitants avaient le droit de l'exploiter, sauf pour la production de charbon. Le 17 novembre 1486 Blaise de Castelport, prévôt majeur de Cuxa et seigneur de la Vall de Feu abandonna contre 10 florins la jouissance des pasquiers à tous les tenanciers des herbages de la vallée. L'accord prévoyait en outre qu'il fallait payer 2 deniers par bêtes étrangères. Les tenanciers étaient au nombre de cinq : André Scaro, Jean Montégut et Barthélémi Prada d'Olette, Bernard Julia d'Ayguatébia et Michel Scaro des Plans. La censive ainsi payée était répartie entre les villages en fonction de leur importance :

Vuy als 29 de septembre 1715 diuan los pagesos de la Vall-del-feu que se es acostumat donar al senyor paborde major de Sant-Miquel per los censos de las erbas trenta y tres reals de plata, dich cinq lliuras deu sous, y aixo se es repartit en aquesta forma, so es las terras dels Plans 22 sous, Cabrils 11 sous, Tuebol 22 sous, Monclas 22 sous, Talau 33 sous, Suma 110 sous.

Vers le milieu du XVIe siècle les troupes de brigands, protestants français chassés de leur pays après le massacre de la St Barthélémy, pénétrèrent en Haut-Conflent. Ils ravagèrent différents villages dont certains de la vallée. Les habitants durent fuir et s'implantèrent dans les villages alentours, lançant pendant un certain temps les fermiers travailler les champs à leurs places.

En 1613 Jacques Descattlar, viguier, reçu les reconnaissances des tenanciers de la Vall del Feu. Il s'agissait à cet époque de Gérald de Bonnemayso, d'Ayguatébia, de François Serdane et Espérance Gall, de Serdinya, Balthazar Respaut et Raymond Orta, d'Evol et Jacques Prada d'Olette. Ce dernier était probablement un descendant de Barthélémi Prada, que l'on trouve déjà tenanciers de la vallée en 1486. En 1662, le capbreu indique 11 propriétaires forains. Trois étaient de Talau, cinq de Moncles. Les autres n'habitaient pas la vallée.

A partir du début du XVIIe siècle la Vall del feu n'était pas très habitée. Le commendataire de la rectorie de Talau était le curé de Codalet. La messe de Talau et de Moncles étaient dite par le curé d'Ayguatébia en 1617 et 1631, et à Tuévol en 1638 et 1645. Mais à partir du XVIIIe siècle les curés réapparurent dans les différentes églises : Le 17 décembre 1700 l'archidiacre du Vallespir nommait les recteurs des églises paroissiales de St Michel des Plans et de St Etienne de Talau. Pierre Lacreu, de Catllar fut nommé le 14 mai 1721 par le grand vicaire de Cuxa à la cure des Plans et de son annexe de St Etienne de Talau. En 1768 Joseph Gallarde, prêtre du diocèse d'Urgel, fut chargé de l'église paroissiale de Talau et de son annexe de St Michel des Plans.

Tuevol possédait également une église, mais on n'en a aucune trace de nos jours. Tout au plus trouve t-on sur place le "champ de l'église", preuve de son existence. Au début du XXe siècle toute la vallée était sous la juridiction spirituelle de l'église d'Ayguatébia. Dépeuplé, Talau a fusionné avec la commune de Ayguatébia en 1982.

Photos

Informations

Latitude : 42.56414983 N,

Longitude : 2.195557189 E

Photos

Situation et accès

Talau est un hameau d'Ayguatébia, dans les Garrotxes. Il fait partie d'un ensemble d'ancien villages ayant disparu que l'on appelle la Vall del Feu (Vallée du fief). Cette vallée était autrefois une entité géographique cohérente. Elle comprenait Talau mais aussi Moncles, les métairies de Trappe, des Plans, de Serremijane, de Tuevol et de Cabrils. Tous ces lieux étaient reliés entre eux par le chemin de la Bagà, qui partait d'Olette en direction de Creu en Capcir et que l'on appelait le "Cami Reial" (la voie royale) Pourquoi royale ? Parce que c'était la route pour rejoindre Formiguères, où se trouvait la résidence d'été du roi. A noter que des siècles plus tard il y avait une seconde route qui passait de l'autre côté de la vallée et rejoignait Mont-Louis et qu'on appelait la "route des canons".

Chaque site avait sa particularité. Trappe possédait des forges, le chemin passait à proximité. Toujours est-il que pour se rendre à Talau, il faut monter à Olette, bifurquer vers Oreilla et suivre la route de Railleu, puis d'Ayguatébia. Une petite bifurcation vous permettra de vous rendre à Talau.

Carte IGN

Etymologie

L'étymologie la plus souvent retenue est une racine pré-romane "Tal", signifiant "Front de colline, rebord de falaise".



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).