Taurinya




. Photos      . Histoire

Histoire

Le territoire de Taurinya ne possède pas de vestiges de l'époque préhistorique. Nos lointains ancêtres ont pourtant vécus dans les collines du Conflent, qui étaient pour eux idéales (boisées, proches de la plaine, douces au climat). Quelques autres communes des environs possèdent, en guise de preuve, des dolmens ou menhirs, bien que l'érection des mégalithes soient apparue assez tardivement (-2200).

Par la suite, les celtes (-500), n'ont pas laissé de traces de leurs passages. Mais lors de la conquête romaine, le site fut choisi pour qu'un légionnaire romain s'y installe afin d'y bâtir un domaine rural, point de départ du village. A la chute de l'empire romain, les wisigoths se sont emparés du Roussillon, récupérant les domaines romains, ce qui permit au village de poursuivre son chemin sans toutefois vraiment s'étendre. Après l'Invasion sarrasine et le dépeuplement du Roussillon, Taurinya fut abandonné. Il faudra attendre Charlemagne qui parvient à prendre cette région (811) et qui la pacifie pour que les carolingiens viennent s'installer dans les restes des civilisations antérieures. A partir de là on commence à trouver des traces écrites de l'histoire.

Ce petit village fut nommé la première fois en 845 sous le nom de Villa Tauriniano. Il fut doté d'une petite église par l'abbaye de St Michel de Cuxa, qui reçu ce territoire des mains du comte de Cerdagne. Cette église, attestée en 937, était dédiée à St Valentin. Elle était la chapelle castrale de la place-forte locale, en fait probablement un simple "Castrum" (une maison fortifiée servant de refuge à la population locale). On la trouve dans les textes sous le nom de St Valentin des corts, "les corts" (signifiant "les clôtures") étant le nom sous lequel on nommait le lieu à cette époque. Etant une partie du château initial, St Valentin est d'aspect massif, avec une nef unique voûtée en berceau et une abside semi-circulaire dont l'appareillage est bien ajusté. Cette église sera en partie reconstruite au XIIe siècle, probablement au moment où les villageois furent plus nombreux dans la plaine qu'autour du château. Il est intéressant de savoir qu'elle a été récemment entièrement restaurée.

A partir du XIIe siècle une seconde église fut construite, dans la plaine, dédiée à St Fructueux. Elle existe encore de nos jours, mais sa structure a beaucoup changée dans le temps. De roman, il nous reste le clocher-tour, haut de 18m et large de 4m.

A partir du XIIIe siècle la situation de la région devint plus instable. Les villages durent prévoir d'éventuelles agressions extérieurs, et Taurinya se dota alors d'une enceinte fortifiée protectrice.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.57932186 N,

Longitude : 2.428451061 E

Photos

Situation et accès

Carte IGN

Etymologie

Le ville de Taurynia a une origine romaine. Il s'agissait à cette époque d'une villa tenue par un romain du nom de Tauriniano. Une villa, c'était surtout un important domaine foncier constitué de bâtiments d'habitation, mais surtout de champs, de forges, d'abris à bétails, etc.

Héraldique

Description du blason de Taurinya

Expression héraldique

d'or aux quatre pals de gueules, à la tête de taureau faisant face d' argent.

Description

Le blason de Taurinya est assez simple, on peut reprendre son expression héraldique pour le comprendre. Tout d'abord il faut savoir qu'un blason, si il n'est pas scindé en plusieurs parties, commence toujours par la description de sa couleur de fond. Ici, le jaune. ("d'or..."). Les "quatre pals de gueules" sont "quatre bandes verticales rouges". La tête de taureau est qualifiée "d'argent", c'est à dire qu'elle est blanche.

Explications

Etymologiquement parlant, il n'y a pas de rapport entre le taureau et Taurinya. Sa présence sur le blason du village se justifie par un rapprochement phonétique entre les deux mots. C'est quelque chose de très courant en héraldisme, on appelle ça une "arme parlante", c'est à dire qu'en lisant à voix haute les éléments qui figure sur le blason, on pense à la ville à laquelle il se rattache.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).