Trouillas




. Photos      . Patrimoine      . Histoire

Histoire

Préhistoire et antiquité

Trouillas étant situé dans la plaine du Roussillon, il n'y a pas été retrouvé de vestiges de la lointaine période préhistorique, les ossements du paléolithique ne s'étant pas conservés dans le sol calcaire dont elle est formée. Les ibéro-ligures, des peuples néolithiques et peu à peu sédentarisés, se sont installés aux alentours du IVe millénaire, mais la aussi, les fouilles n'ont pas permis de dégager des restes d'activités humaines. Il faut dire qu'aucune fouille minutieuse n'a été effectué sur le territoire de Trouillas, contrairement à d'autres villes.

Par la suite l'histoire nous est tout aussi muette, les celtes (-500), les romains (-121), les wisigoths (408) et les sarrasins (735), conquérants successifs du Roussillon, n'ont pas bâti ou du moins leurs constructions n'ont jamais été retrouvé, si jamais ils en avaient faits à Trouillas.


Moyen-âge

En fait il faut attendre le IXe siècle et la reconquête carolingienne sur les sarrasins (811, conquête définitive) pour que commence l'époque du Moyen-âge, et avec elle l'installation de la féodalité. Charlemagne découpe ses nouvelles terres en comtés, réunis dans la Marche d'Espagne, une entité géographique militaire. Il fait venir des moines qui construiront de grandes abbayes, puis des petites églises un peu partout dans la plaine. Autour de ces églises viendront s'installer les premiers francs, qui formeront les premiers villages catalans, dont Trouillas.

La première mention du village semble dater de 833, le lieu est cité dans une charte impériale de Lothaire. Un second document indique qu'Anne vends la paroisse en 876 à l'évêché d'Elne. Au XIIe siècle, entre 1130 et 1140 Udalgar, vicomte de Castelnou mais aussi évêque d'Elne détache Trouillas de sa vicomté pour rattacher à l'évêché. Trouillas était-il repassé au vicomte entre temps ? C'est plus que probable, d'autant plus que l'évêque d'Elne et le vicomte étaient issus tout les deux de la même famille de Castelnou durant tout les XIe et XIIe siècle. Leurs biens devaient probablement être considérés comme communs, ou presque si ce n'était pas le cas.


L'arrivée des Templiers

Un important épisode de l'histoire de Trouillas va se jouer durant les XIIe et XIIIe siècle. Fondé durant le XIIe siècle, l'ordre des templiers va s'étendre très rapidement à travers toute l'Europe et se subdiviser en commanderie (des annexes). La commanderie templière du Roussillon s'installe à Trouillas à cette époque.

Fort d'un rayonnement important, les quelques moines qui y vivaient développèrent grâce à des donations un large domaine foncier. Evidement, Trouillas vint petit à petit s'ajouter à la domination et c'est dans ce village que l'on comptait le plus de terres templières que partout ailleurs, exceptés pour les villages dirigés par les templiers eux-mêmes (St Hippolyte, Palau del Vidre)

Ce phénomène a donné une grande importance à Trouillas et à la chute des templiers au XIIIe siècle les terres furent données aux hospitaliers qui héritèrent ainsi d'une grande partie de Trouillas.

Preuve de l'importance du village au XIIIe siècle l'un des cinq dignitaires du chapitre d'Elne y habitait. Les quatre autres villages ayant ce privilège étaient Elne, Baixas, Saleilles et Bages.

Le XIIIe siècle, c'est aussi la période de remplacement de l'église initiale. Consacrée à Ste Assiscle et Ste Victoire, elle est à nef unique et a une abside orientée. Elle a subit une rénovation au XVIIIe siècle, entre autre avec l'ajout des chapelles latérales. Le portail en garde la mémoire, il y est inscrit l'année 1776. Elle possède un beau retable à la gloire des Saints Patrons Ste Assiscle et Ste Victoire (classé monument historique), un retable de 1675 réalisé par Giralt, d'autres du XVIIe consacrés à St Sébastien et St Gaudérique et du XVIIIe (retable du Rosaire et de la Passion). L'église contient aussi deux toiles du XVIIIe siècle.

Au XIVe siècle la guerre entre le royaume de Majorque, dont faisait partie Trouillas, et son voisin le royaume d'Aragon obligea les villes à se fortifier. La plupart l'avait déjà fait vers 1276, soit un siècle avant (lors de la délimitation de la frontière entre le royaume d'Aragon et la France, au traité des Pyrénées de 1258), mais pas Trouillas, qui n'eu ses remparts qu'au XIVe, bien qu'elle ai déjà quelques bâtiments fortifiés depuis 1138. La ville en conserve toujours une partie de nos jours, on peut y voir une tour servant à l'époque de porte.


Renaissance et époque moderne

Par la suite le village ne sortira pas de l'anonymat, du moins jusqu'au XVIIIe siècle. Il semble que la ville ait été essentiellement agricole, cultivant le blé puis plus tard la vigne. En 1793 l'Espagne déclare la guerre à la France. Le général espagnol Ricardos va alors envahir le tout le Sud du Roussillon, établissant son camps initialement au Boulou. Lors de son offensive sur Perpignan, il déplace son poste de commandement à Trouillas, dans la villa Llucia. Cette maison est devenue célèbre pour cet évènement qui dura quelques mois de 1793, le temps que les troupes françaises repoussent l'envahisseurs vers les Albères puis les pourchassent jusque dans leurs terres.

Le XIXe siècle est caractérisé par l'installation de grands domaines viticoles dans la plaine du Roussillon. Trouillas devient une ville productrice de vins. Il faut dire qu'elle avait un avantage historique sur les autres en la personne d'Arnau de Villanova.

Arnau de Villanova est un personnage atypique. Il a vécu dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, et parmi les différentes activités qu'il a eu figurent des recherches sur la stabilisation des vins doux naturels, ce qui l'a conduit à la fabrication de ses vins, impossibles à faire auparavant. C'est donc à Trouillas que les premiers vins doux naturels ont été réalisés, au XIIIe siècle.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.61066012 N,

Longitude : 2.808549449 E

Photos

Patrimoine

Le patrimoine de Trouillas est assez riche. Mis à part l'église paroissiale dont ont a parlé plus haut (XIIIe siècle remaniée en 1776), la ville possède sur son territoire la chapelle de la commanderie (XIIe siècle), le Mas Deu dans son intégralité, ainsi que des vestiges des fortifications du XIVe : la tour-porte.


St Sauveur de Sira

Les moines bénédictins de l'abbaye d'Ardorel construisirent sur le territoire de Sirach durant le XIIe siècle une abbaye dédiée à St Sauveur, il s'agissait de la deuxième construction de ce type de cette abbaye dans les Pyrénées-Orientales (Il y en aura d'autres : Valbonne, à Argelès sur mer, Ste Marie de Jau, à Mosset par exemple) Cette abbaye est connue sous le nom de St Sauveur de Sira et elle se trouve à 900m à l'Ouest du Mas Sabole. Les cartes IGN la mentionne sous le nom de "San Salvador".

Ce lieu a prit au fil de l'histoire différent nom, dont Ceceranum ou Cizerano. Un internaute m'a signalé qu'il était mentionné dès le IXe siècle, mais je n'ai pas de confirmation.

Situation et accès

Carte IGN

Héraldique

Description du blason de Trouillas

Expression héraldique

D'azur au soleil d' or cantonné de quatre cercles du même.

Description

Comme tous les blasons qui ne sont pas scindés en plusieurs parties, celui de Trouillas commence par sa couleur. Ici, il est qualifié "d'azur", qui est le bleu en héraldique. Le soleil d'or (jaune) est central, car il n'y a pas d'autres informations de positionnement, Le Soleil est "cantonné" (il dispose de figures positionnées aux quatre angles) de cercles "du même". Ces deux derniers mots font référence à la dernière couleur utilisée, ici le jaune du Soleil. Les cercles sont donc jaunes aussi.

Explications

Hélas je n'ai pas d'explications sur ce blason. Le soleil est probablement une référence à l'ensoleillement de la ville, mais les quatres cercles, je l'ignore. Il ne semble pas qu'il s'agisse d'une arme parlante, c'est à dire d'un dont on peut deviner l'origine par jeu de mots en regardant ses motifs.



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).