Villefranche-de-Conflent


. Description      . Photos      . Situation et accès      . Patrimoine      . Histoire      . Population

Description

On a l'habitude de dire que Villefranche est une très jolie ville, et il faut bien reconnaître que c'est vrai. Située dans une vallée étroite la ville a été construite à l'intérieur des lourds remparts qui en font le tour, remparts parfaitement conservés et entretenus. L'église St Jacques qui longe la place principale est tout aussi bien entretenue. Il y a deux longues rues reliées par quelques rares ruelles transversales. Les maisons sont très belles pour la plupart, il y a de nombreux détails architecturaux qui donnent à l'ensemble un cachet d'authenticité. L'absence des voitures dans la ville participe à un sentiment de plénitude (Les rues sont très étroites, les voitures n'entrent qui si nécessaire)

Villefranche de Conflent

Villefranche de Conflent

Une grande partie des maisons a été transformé en commerces, c'est une caractéristique de Villefranche. Il y a beaucoup de magasins de souvenirs, de tissus, et de poteries. A voir en particulier le potier près de la porte d'Espagne, il a un grand espace et fabrique les objets devant vous. Villefranche est également connu pour ses sorcières (les bruixes, qui se prononcent "Broutchess").

Comme Villefranche se trouve à la moitié de la route pour relier Perpignan et la Cerdagne c'est un arrêt intéressant pour se dégourdir les jambes. Il y a de grands parkings, parfois hélas complets aux jours de pointe, à un tarif tout à fait acceptable (2€ la journée, en 2013) Je ne saurai que trop vous conseiller de faire l'arrêt, ne serait-ce que pour se balader, mais si vous pouvez en profiter pour visiter les remparts, les grottes ou le fort, ce n'est que mieux car ça vaut le coup.

Photos


Voir toutes les photos

Informations

Latitude : 42.58709831 N,

Longitude : 2.367340686 E

Photos

Situation et accès

Villefranche-de-Conflent est une ville entourée de lourds remparts lui donnant un aspect moyen-âgeux. Elle est située au centre du département des Pyrénées-Orientales. Pour se rendre sur place il suffit, au départ de Perpignan, de prendre la Nationale 116 en direction de l'Andorre. Villefranche se trouve peu de temps après Prades, au moment où la vallée se rétrécit.

Il faut approximativement trois quarts d'heure pour se rendre sur place.

Carte IGN

Patrimoine

Le patrimoine de Villefranche-de-Conflent est très riche, c'est d'ailleurs une conséquence de l'importance historique de la ville au cours des années.


L'église St Jacques

Religieusement, la ville est caractérisée par son église paroissiale très intéressante. Elle est dédiée à St Jacques. Datant de 1095, lors de la fondation de la ville, elle est constituée d'une premier édifice à nef unique dont la particularité est le portail sculpté du XIIe. Elle sera remaniée au XIIIe siècle par l'adjonction d'une seconde nef.


St André de Belloc

St André de Belloc (Bel-loc, c'est à dire Beau lieu) est le siège d'une paroisse désaffectée citée en 1217. Il s'agissait à cette époque d'une dépendance de la collégiale de Ste Marie de Corneilla-de-Conflent. L'édifice existe toujours de nos jours, elle a un style roman catalan classique, c'est à dire qu'elle est composée d'une nef unique et d'une abside semi-circulaire. Sa voûte, effondrée, à été remplacée par une charpente en bois. Pour être exact, cette chapelle se trouve à la limite entre Ria et Villefranche-de-Conflent, plutôt du côté de Villefranche, au Nord de la ville.


St Etienne de Campilles

Campilles est de nos jours une simple chapelle entourée de ruines, pour qui se donne la peine de les trouver. Cité dans les texte dès l'an 906, soit moins d'un siècle après la récupération du territoire par les descendants de Charlemagne, elle est d'origine romane et dispose d'une voûte en berceau à nef unique. Son chevet est plat, contrairement à la plupart des église de construction plus tardive, qui ont un chevet en hémicycle.


Notre Dame de Vie

Il s'agit d'un un ermitage géographiquement situé plein Ouest par rapport à Villefranche, il est accrochée à la montagne. Jusqu'au XVIIIe siècle il était nommé Notre Dame de la Roca. Il devient en 1225 le siège d'un prieuré, prieuré supprimé en 1342 et remplacé par cet ermitage. Passé à l'état de ruine, il fut restauré au XVIIe siècle au moment de l'essor des ermitages catalans. Architecturalement, il s'agit d'un édifice en plan en rectangulaire, sans chœur apparent. A noter que le bâtiment de l'ancien prieuré est juxtaposé l'église.


Oratoires

La ville dispose de quelques oratoires, à la fois dans l'agglomération mais aussi à l'extérieur, sur le territoire de Villefranche.


Remparts

Militairement, on ne peux pas passer à côté des fameux remparts, qui encerclent la ville et la défende. Ils sont percés de la fameuse porte de France, construite en 1783, et de la porte d'Espagne (1791). La tour du Diable, elle, est médiévale (1454).


Fort Libéria

La ville était également défendue par le Fort Libéria, situé sur les hauteurs, en aval. Il est construit sur une pente raide, à flanc de montagne. Il comporte trois niveaux, dont un quart a été ajouté ultérieurement à l'extrémité inférieure. La partie supérieure du fort est séparée du reste par un profond fossé équipé d'une galerie de contre-escarpe. Il faut noter l'absence de glacis, dû au relief trop escarpé.

Ce fort fut donc construit entre 1681 et 1683, puis doté d'une petite garnison et de quelques pièces d'artillerie. Fortifié sous Napoléon III entre 1850 et 1856, il fut abandonné au XIXe siècle, puis déclassé et racheté par un particulier qui en fit... une maison de retraite pour marins !


La ville

Enfin il faut citer les nombreuses façades de maisons individuelles, en particulier celles de la rue St Jean dont 19 d'entre elles sont inscrits monuments historiques (XIIe, XIIIe et XIVe siècle), l'hôpital du XIIIe, également inscrit, l'ancienne hôtel de ville, un bâtiment communal comportant des enfeu de l'ancien cimetière, la "maison Antée", la "maison Deixonne", et le pont St Pierre, du XIIIe siècle.


Les grottes des Canalettes

Sinon, d'un point de vue géologique le territoire de Villefranche accueille les fameuses grottes des Canalettes, un ensemble karstique de 10Kms de long qui s'étale sous le massif calcaire de Fuilla.


Autres

Villefranche possède un canal d'irrigation particulier, le canal d'Enconomary.

Histoire

Préhistoire

Le site de Villefranche est avant tout un site préhistorique, comme en témoignent les très célèbres grottes d'En Gorner, des Canalettes et la Cova Bastera. Cette dernière a une double particularité. Tout d'abord, aux alentours de -12 000 ans, elle a servi de support à des hommes préhistoriques pour des dessins faits à la peinture rouge. Hélas, ces dessins n'ont rien de comparables avec ceux contemporains de la grotte de Lascaux. Deuxième particularité, la grotte sera fortifiée par Vauban durant le XVIIe siècle.


Origine de la ville

La ville de Villefranche de Conflent fut créée en 1095 par Guillaume-Raymond, comte de Cerdagne, petit-fils du comte Guifred, le fondateur de Saint Martin du Canigou. On lui adjoint un commandement militaire, car sa situation encaissée lui permettait de barrer la route de la Cerdagne aux invasions toujours menaçantes des sarrasins. Déjà à l'époque le système défensif avait été étudié, la ville était surveillée par un système de tours et surtout doté d'un épais rempart.


Villefranche durant le Moyen-Age

En 1117 par le jeu des héritages, le Conflent et la Cerdagne passent aux mains des Comtes de Barcelone, dont le dernier devient roi d'Aragon. Cette année-là la ville reçoit le siège de la Viguerie et le Tribunal. En 1263 le roi ordonna la construction de 3 ponts de façon à faciliter l'accès à la ville. Les années qui suivirent marquent l'apogée de la ville.

Les remparts ont été consolidés par les souverains aragonais, puis un peu plus tard par Ferdinand V roi d'Espagne. L'histoire de Villefranche de Conflent bascule en 1344. Jacques III de Majorque, maître du Roussillon, du Conflent et de la Cerdagne (ces trois régions étaient incluses dans le royaume de Majorque) se fait ravir son royaume par Pierre IV d'Aragon son rival. Le Conflent est alors remis sous gouvernement aragonais. Mais sans abdiquer pour autant, Jacques III remonte une armée et traverse le Conflent, tentant de renverser les villes perdues. Il faut dire que Villefranche, tout comme les autres villages, était en faveur de Jacques III qui les années auparavant leur avait laissé une grande liberté. La ville s'ouvrit donc à son ancien roi, mais ce fut de courte durée : Défait à nouveau, Jacques III s'enfuit en France. Les villes repassèrent sous le contrôle de Pierre IV qui réprimanda fortement la population.

En 1377 un autre évènement survint. L'infant Jacques, prétendant à la couronne d'Aragon monte une expédition contre le Roussillon et remonte la vallée de la Têt. Là encore Villefranche accueille à bras ouvert ce nouveau conquérant, la population laissant tomber la faible garnison du roi d'Aragon présente dans les enceintes.

Une nouvelle bataille livrée le 5 juillet 1654 se conclue par la reprise de la ville par les français. La population, hostile aux français comme la plupart des villages de la région, n'a pas accepté sa condition. Il y eu successivement la révolte des Miquelets, puis la Conspiration de Villefranche (en 1674) qui ralluma la guerre en Catalogne et amène Vauban à fortifier la région. Ce fut à cette occasion que fut construit le Fort Libéria. Mais l'insurrection fut de courte durée également et Bernard de So, comte de Conat et le plus puissant des seigneurs locaux eu pour charge de punir cette ville deux fois rebelle.

La période révolutionnaire fut assez violente à Villefranche. Il faut savoir que la ville hébergeait deux édifices religieux important, construits à l'époque romane : le couvent St François et le campo santo St Paul (un campo santo, "champ saint" en français, était un cimetière particulier dont un seul exemplaire nous est parvenu : celui de Perpignan) A l'occasion de la révolution ces deux bâtiments furent détruits, et les pierres furent disséminées un peu partout dans la ville. Ainsi des travaux récents dans la cour de l'ancien hôpital militaire permirent de trouver un chapiteau et une base de colonne, réutilisés sur des portes cochères

Durant la guerre franco-espagnole de 1793, la ville fut conquise par l'Espagne, mais pour quelques jours seulement. La ville perdit son importance au XVIIIe siècle et son déclin fut accéléré par le transfert de la viguerie à Prades en 1773. Au début du siècle, Villefranche était un village relativement petit. Il était enclavé dans le creux de la vallée de la Têt et servait de villages de repos aux voyageurs allant de la Cerdagne à la plaine. Afin de désenclaver la Cerdagne, il fut décidé de construire un train reliant Villefranche à Latour-de-Carol. La gare de Villefranche de ce que l'on appela par la suite le petit train jaune fut construite en 1904, elle fut l'une des premières a être bâtie. Les moyens de transport allant croissant, la route menant en Cerdagne fut construite vers la fin du XIXe siècle. Cette route, dangereuse, était le siège de nombreux accident. Villefranche garde le souvenir de celui de la diligence du 11 septembre 1907, qui versa dans la Têt à hauteur de la ville, mais sans qu'il y eu beaucoup de blessés heureusement.

Evolution de la population


Voici l'évolution de la population depuis le XIVe siècle.


Années Habitants
1355 341
1359 411
1365-70 341
1378 171
1417 171
1424 127
1470-90 64
1515 69
1553 66
1700 143

Etymologie

Villefranche signifie qu'il s'agit d'une ville "franche", dont l'explication est donné ci-dessus. Le Conflent, c'est bien sûr la région dans laquelle se trouve la ville.

Héraldique

Description du blason de Villefranche-de-Conflent

Expression héraldique

d'azur à l'étoile de huit rais d' argent, accostée de deux tours du même, soutenue d'une devise ondée aussi d'argent, surmontée d'un écusson du même chargé de trois fleurs de lys cousues d' or, l'écusson bordé du même et surmonté d'une couronne royale fermée aussi d'or, le grand écu à la bordure d'argent chargée de la devise VILLA FRANCA DE CONFLENT en lettres capitales de gueules.

Description

L'expression héraldique énoncée ci-dessus ne correspond pas tout à fait à la représentation qui est faite ci-dessus, même si elle y ressemble grandement. Voyons les différences en étudiant plus précisément ce qui y dit.

Cette description commence par "D'azur", la couleur bleu en héraldique. Le blason a une étoile de 8 rais (et pas 6, comme sur le dessin) "d'argent" (nom de la couleur blanche). L'étoile est "accostée" de deux tours (les tours sont "à côté", de part et d'autre) "du même" signifie "de la même couleur que l'élément décrit précédemment, ici le blanc. La devise ondée est la représentation de la rivière. Elle est "soutenue" car "au-dessous" de l'étoile centrale. L'ondée est aussi d'argent, donc blanche. L'étoile est également "surmontée" (donc "au-dessous") d'un écusson "chargé" (contenant) de 3 fleurs de lys "cousues d'or" (jaunes), l'écusson étant "bordé" "du même", donc son contour est de la même couleur, c'est à dire jaune. Il est surmonté de la couronne royale jaune également. La description revient ensuite sur le grand écu qui est "chargé" (qui contient) une devise en lettres "de gueules" (rouge)

Explications

Le blason de Villefranche de Conflent reprend la symbolique militaire propre à la ville avec l'apposition de deux tours et d'un soleil à six branches, le tout au dessus d'une rivière (la Têt). Le blason catalan au dessus marque son indéfectible attachement à la Catalogne, qui ne fut jamais brisé tout au long de l'histoire. Au dessous du blason se trouve les mot "Non Commovebitur".



Copyright 2016 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans le domaine Littéraire : Marguerite Duras. Dans le domaine du patrimoine mondial : Statue de la Liberté (New-York, USA), Tour Eiffel (Paris, France), Taj Mahal (Agra, Inde), Cité interdite (Pékin, Chine), Christ rédempteur (Rio-de-Janeiro, Brésil).